10 juin 2016

Dérisoire

Dérisoire  Au pied de la montagne aux allures de volcan Ouvrant son faux cratère aux blessures du vent Je ressens en moi même l'écrasante présence  Qui se moque trop bien de ma longue absence. Mon temps est dérisoire au regard de ce mont Il est né en un temps où même les étoiles N'avaient encore pas hissé leur grande voile Il sera toujours là, au delà de ma tombe. J'en gravis bien les pentes sur mes pauvres genoux Je n'y laisse de traces que des tas de cailloux Je crois l'avoir vaincu quel acte dérisoire... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2016

Ma meilleure ennemie

Ma meilleure ennemie Quand elle nous agrippe et ne veux nous lâcher  Quand elle nous transperce et qu'elle veux durer Quand elle est à l'affût et vient nous déchirer Quand elle est tapie et vient se réveiller La douleur est alors la seule réalité Elle prend toute la place au cœur de nos pensées Toute autre sensation en est annihilée  Elle règne en souveraine sur nous pauvres sujets. Quand elle fait reflux et veux bien s'apaiser Quand elle disparaît et ne menace plus Quand enfin elle s'endort et veux bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2016

Les pieds sur terre

Les pieds sur terre   Plus rien n’a d’importance si nous sommes si vains Pourtant à notre échelle à nous pauvres humains Si nous n’avons accès aux mystères infinis Nous pouvons tout de même la goûter notre vie.   Si nous regardons trop au delà de nos sens Si nous prenons à cœur l’univers si immense Si nous nous comparons au temps et à l’espace Alors cela est vrai où est donc notre place ?   Mais si nous regardons au profond de nos cœurs Si nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Patatras !

Patatras ! On a le regard clair, on regarde c'est beau Soudain la vue se brouille comme Un écran plein d'eau Avant un paysage si riches en détails Après comme un passage où règne une pagaille. Poussière dans l'oeil, pas bon ménage Plus qu'une hâte,qu'vite elle dégage. Le Projet se déroule tout va bien et ça  roule Soudain voila qu'il grippe, que ça y est il coule Avant tous les espoirs vont se réaliser Apres le désespoir qui s'est bien installé. Le grain de sable dans la machine On voudrait bien qu'il se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2016

Debout !

Debout ! Quand on tombe à genoux, que l'âme est en exil Que le cœur est à bout, que l'espoir est tabou Quand se ferme la porte des illusions faciles Quand l'horizon bouché se refuse à nous. Rien que lever le bras nous devient un supplice Et aligner un pas conduit au sacrifice Le miroir nous renvoie cette image de nous On ne reconnaît rien dans cet homme à genoux. S'arracher à la glaise qui englue nos peut être  Lever un peu les yeux et voir par la fenêtre  Comme un ciel qui flamboie au dehors de nos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2016

Honnie soit l'ingratitude

Honnie soit l'ingratitude Pourquoi oublions nous tout au long de nos vies Tant de gens rencontrés et qui nous ont marqués Nous semons des cailloux sur nos chemins de croix Ceux qui nous ont guidés dans bien de nos grands choix Combien restent fidèles ou bien reconnaissants A ces mains qui se tendent quand on est défaillant Combien gardent au cœur un peu de gratitude A ceux qui étaient là aux jours de solitudes ? Car nous contractons tous de ces dettes invisibles Qui ne réclameront jamais versement d'intérêt Car... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2016

Bye bye, solitude...

  Bye bye, solitude   Tous les soirs qui ont passé, assis à ma fenêtre A toujours ressasser, ma vie, mes joies, mes peines Je crois que j'ai fini par ne meme plus être Qu'un zombie dans la nuit où mes pensées se traînent. Solitude dans le vide de mes nuits Cherche en vain une issue à l'ennui Toutes ces nuits passées à regarder les cieux A les interroger tous quels que soient les dieux Et toutes ces questions que j'en ai mal aux yeux A force de scruter ce vide ennuyeux Solitude dans le vide de mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2016

Mais que seraient nos vies ?

Mais que seraient nos vies   Que serait donc le monde sans les voyages secrets Que nous faisons à l’ombre quand nous sommes esseulés Que seraient donc nos vies privées de ces séquences Où nous voguons tous seuls dans le plus grand silence   Nous sommes tous des rêveurs A chercher partout l’âme sœur   Mais que serait le temps si nous ne cherchions pas Tout au long de nos vies où donc mettre nos pas Que serait notre quête si nous n’espérions pas Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2016

Ailleurs

Ailleurs Tout au long de ces berges des fleuves immobiles Dans les failles sans fonds qui sont en haut des cimes Dans les suspens du temps aux aubes si tranquilles Dans l'espace angoissant qui est au fond de l'abîme Nos âmes se délitent en mille flocons blêmes  Nos esprits vagabonds se perdent en dilemmes Nos songes égarés aux plages éphémères  Forment de beaux tableaux aux couleurs de la mer. Au centre oublié du vieux globe terrestre Là où rêvent d'aller de tous temps les vieux mestres Dans des plis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2016

De simples gestes, de simples mots

De simples gestes, de simples mots Il est de grands gestes ponctuant de grands mots Qui suscitent commentaires, de très riches propos Tels les bras du grand Charles alors dans ce Québec Qu'il voulait tant voir libre et sans salamalecs. Il est de petits gestes soulignant quelques mots Qui soulèvent des tempêtes et bien dès quiproquo Tels ceux du grand Charles à Alger autrefois Qui disait bien comprendre les foules aux abois. Il est des mots si simples qu'ils soulèvent la foi Des peuples dans l'espoir d'une vie... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]