Va et vient.
J’ai une envie, soudain, de ces objets mystiques
Il n’est aucun devin qui n’en ait la pratique
En invoquant les cieux, poudre et ossements
Le sorcier, le chaman fait son œuvre magique.
Englués que nous sommes dans la boue du réel 
Prisonnier du concret souvent artificiel
L’esprit cogne son front aux portes incréés 
En voulant faire place à ces choses sacrées.
Nous voudrions tous voler au delà du funeste
Ne plus dépendre ainsi du moindre de nos gestes
Embrasser l’inconnu et ses voiles éthérés 
Échapper à ce temps qui vient nous laminer.
Combien nous sommes ancrés dans ces chairs palpitantes
Combien de les souiller parfois cela nous tente
Quand elles sont passion, elles sont excitantes
Quand plus de vibration, qu’elles sont trop pesantes.
Partie de va et vient, telle qu’on l’imagine
Entre le quotidien et la vie sauvagine
Écartelé toujours parce qu’insatisfait
Aussi bien par le rêve que par le poids des faits.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com