Les troubles remuements des âmes et des cœurs...

12 juillet 2018

Allez les BLeus !

  Allez les Bleus. Mais comment résister à la vague de fond Qui balaye et emporte toute hésitation Serait-on même ou bien sourd ou aveugle Qu’on n’échapperait pas à cette joie du peuple, Qu’il s’agisse de joie ou de soulagement Ou même de surprise c’est un vrai grand moment Comment se fait-il donc, qu’il faille ces instants Pour souder tous ensemble toutes sortes de gens ? Ceux qui n’ont jamais vu un si grand jour de liesse S’étonnent brièvement de cette allégresse  Vite ils sont emportés au cœur de cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

Empreintes.

  Empreintes. Mais quel courant les porte ces mots qui viennent à moi Quelle énergie les roule jusqu’au bout de mes doigts ? Étaient-ils là dans l’air pour que je les attrape Comme sont des raisins qui pendent dans les grappes ? Mais de quelle prison les aurai-je sortis J’espère en tout cas, pas de leur paradis Car je ne sais au vrai s’ils aiment être posés Sur une page blanche ou s’ils aiment voler. Je préfère penser qu’ils n’y laissent que trace Qu’une empreinte volée, repartent dans l’espace Qu’ils ne font... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Fragile.

  Fragile. Une goutte s’accroche comme une perle rare Suspendue à la roche quand plus bas tu t’écrases Dans la vie tu n’es rien en perspective rase Et de gouttes hélas elle n’est pas avare, Es-tu souffle ou brise, mais où donc tu te brises Les miroirs où tu frises, attention ils te grisent L’illusion est tenace et l’image fragile Lorsque toute menace est pourtant inutile. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Épuisé.

Épuisé  Mets toi un peu en pause dans l’espace oublié  Tandis que je repose dans tes larmes mouillées  Il nous faut décoller de ce monde absurde D’où toutes les folies sourdent et exsudent Je suis le mot qu’on dit et non celui qu’on tait. Qu’attends-tu de la voix d’une terre qui gronde Ton mouchoir est usé des larmes qui l’inondent Le temps s’est épuisé dans ses derniers arpèges  Les espoirs dissipés que la vie désagrège  Je suis le mot qu’on place en tous cas à la fin. Pierre-Jean BOUTET ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Derniers feux.

  Derniers feux. J’aimerai la revoir la couleur de l’aurore Avant que ne m’emporte, dans le néant, la mort J’aimerai que caresse mon âme ton sourire Avant que je m’en aille puisque je vais mourir. Accordez-moi de grâce ces instant de répit  Car là où m’emmenez, il n’y a rien de pis Laissez moi éprouver encore un peu la vie Car là où je serai, n’existe aucune envie. Celle de respirer à plein l’odeur des roses De voir le papillon sur la fleur qui se pose Comme le fait la main quand rien ne s’y oppose De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Une histoire qui pique.

  Une histoire qui pique. Un lutin bondissant agitant des pancartes Et dessinés dessus bien des choses, des cartes Des propos amusants émaillés de sérieux Pour dire des histoires qu’on croirait pour des vieux Des propos très sérieux et bien sûr authentiques Proférés par une fée, habillée as de pique Des infos apportées sur les jeux olympiques Mis en scène de façon, oserai-je comique. Je pensais voir un clown mais c’est un vrai savant Qu’on voit gesticuler qui l’aurait cru avant ? Heureux sont les enfants... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

Fini ?

  Fini. Et si je suis le tout et toi une partie Tu sais de bout en bout, c’est en fait ta partie En as-tu fait le tour, quand tu seras parti Il n’y a rien au bout quand tout sera fini. Serais-tu bien le tout et moi une partie C’est le tout pour le tout, que j’ai en fait choisi Je n’ai droit qu’à un tour, droit qu’à une partie J’ignore si au bout, il y a le mot fini. En fait qu’on soit le tout ou bien une partie On sait bien tous qu’au bout, c’est fin de la partie Même si pour le temps lui seul peut le choisir ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Dites lui

Dites lui. Ami si la croisez, dites lui qu’elle me manque Dite lui que je l’aime et qu’à elle je pense Qu’elle est tout pour moi et qu’elle me pardonne Qu’elle n’est pas coupable et qu’il y a maldonne. Ami si la voyez, dites lui qu’elle revienne Il n’y a personne d’autre à laquelle je tienne Plus qu’à elle, personne, elle est mienne Et je l’aime, il faut qu’elle le retienne. Ami si lui parlez, dites lui que je sais Que c’est moi qui ai eu tort, que cela c’est un fait Qu’il y a eu des paroles que je puis regretter Et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Seul.

Seul. Dès lors qu’elle est partie je ressens un grand vide Comme si tout en moi devenait plus aride C’est comme une magie qui serait dissipée  C’est comme un grand bain dans l’irréalité, Le seul fait d’être seul dans une maison vide Me rend de compagnie aussitôt plus avide, J’ai besoin de sentir près de moi la présence  D’une personne aimée même dans le silence. Voyez-vous c’est étrange je me sens incomplet Lorsque je suis tout seul et cela me déplaît  Le monde autour de moi en perd tout intérêt Si je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Esquisse.

Esquisse. Quoique je fasse, quoique je dise Tu es là à me regarder Et ce sourire que tu esquisses Il faut rien que m’agacer, Que j’ai la banane, le sourire Ou que je pleure à en mourir Tu ne dis mot, tu me regardes Oui ton regard sur moi s’attarde, Même si je danse, même si je crie Toi toujours t’es là tu souris Tu me regardes en chien de faïence Je ne sais pas à quoi tu penses. Parfois en galante compagnie Je m’attends à ce que tu me renies Mais ta réponse elle se glisse Dans ce sourire que tu esquisses. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]