Les troubles remuements des âmes et des cœurs...

22 septembre 2019

Le filon de mes rêves.

Le filon de mes rêves. Il viendra ce moment, je le sais, je le sens Où ne coulera plus de texte dans mon sang Où sera épuisé le filon de mes rêves  Où je ne sentirai plus en moi cette sève. Lorsque au petit jour face à la page vierge J’attends très impatient que les mots me visitent Je n’en suis pas encore à allumer un cierge Pour que l’inspiration toujours un peu m’invite. Mais viendra ce moment où je serai stérile  Quand même je serai avec les mots, habile. Où ils ne seront plus que vides de tout sens Où... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2019

Le petit Pierre.

Le petit Pierre. J’étais le petit Pierre pour mes frères et sœurs Pour toute la famille qui est chère à mon coeur Le tout petit dernier venu dans la fratrie Celui devant lequel souvent on s’esbaudit. Jamais au grand jamais, je n’eus droit à Pierrot Pourtant dedans la lune je l’étais plutôt trop Plongé dedans les livres de contes et légendes  J’étais tantôt un djinn, tantôt à Samarcande. J’ai grandi entouré d’un amour simple et vrai L’enfance fut rustique mais combien enchantée  J’avais pour me guider des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

ce que l’on se dit

Ce que l’on se dit. Tout ce que l’on ne dit ou que l’on ne se dit S’échappe sans retour si l’on n’y met des mots Même sur les images si on ne les décrit  Le temps fait son ouvrage et les efface aussi. De mes chers disparus je conte la légende  Pour avoir moins d’effort lorsque je me demande Quels êtres ils étaient au delà des photos Me rappeler l’amour dont ils m’ont fait cadeau. Parents et grands parents, aussi bien qu’oncles et tantes Ils sont dans ma mémoire comme en file d’attente Et si je les appelle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Barbichette.

Barbichette.Je te tiens tu me tiens par la barbichette Combien cette contine lorsque j’étais enfantM’amusait, je riais et j’étais à la fête Quand j’y jouais souvent avec ma maman.À présent je suis grand et j’en ris beaucoup moinsÀ voir la société jouer comme gaminsChacun montrant à l’autre, le prenant à témoin Combien il est utile et a de grands besoins.Quand ce n’est les routiers, c’est les électriciensOù les ambulanciers, les conducteurs de trainLes profs, les infirmiers, les taxis, les pêcheurs Ou bien les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Un chemin d’enfance.

Un chemin d’enfance. J’ai refait hier en rêve un chemin de jadis Un de ceux que gamin, j’arpentais tous les jours Sentier de gros cailloux, bordé de broussailles Sentier dont mes genoux gardent des traces sombres.  Comme une parenthèse entre école et maison Où j’étais le plus libre, moi le petit garçon  Où il n’y avait de règle que de faire moisson De nouvelles expériences et de fortes impressions. C’était un festival tout au long des saisons  De tant de découvertes, elles étaient à foison... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

A quelques secondes près...

À quelques secondes près.... Jamais l’homme sans doute n’aurait pu exister Sans tous ces mammifères qui se sont imposés  Sur notre planète quand ils disparurent  Tous ces grands dinosaures aux étranges parures. Jamais ces êtres immenses qui était partout N’auraient céder la place à quelques riens du tout Nos ancêtres n’étaient que de petits rongeurs  Discrets, tapis sous terre pour y cacher leur peur. Mais survint de l’espace une roche énorme  Une météorite telle que les cieux en forment Quelques... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2019

La voix de nos oracles.

La voix de nos oracles. L’ouragan a soufflé dévastant la contrée  Plus un arbre ou un toit n’ont été épargnés  Des débris sont partout dont le sol est jonché  Pourquoi tant de colère, par la terre, exprimée ? Tout sera reconstruit encore cette fois Tant que tous ces peuples garderont cette foi Accepteront de vivre avec cette menace Dont ils ont jusqu’alors effacé toute trace. Est-ce fatalité que cette catastrophe Est-ce pour vivre ici la rançon à payer ? Vivre au pied d’un volcan ou bien d’un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

A travers les barreaux.

À travers les barreaux... Le crime le plus grave c’est de tuer l’espoir Cet oiseau dans sa cage qui rêve de voler. A travers les barreaux, il imagine voir Un monde où s’ébattre en toute liberté. Lorsqu’on ignore tout de ces temps à venir On peut vivre au présent, sans penser l’avenir Le présent n’est voilé par l’ombre projetée  D’un futur trop chargé de choses empoisonnées. Longtemps à une idée s’est accrochée l’espoir Quand c’était au progrès que tous on voulait croire Quand tout semblait pouvoir et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Lignes de vie.

Lignes de vie. Une ligne de vie mais comment la tracer ? Peut être en ligne droite entre deux points tenue ? Entre naissance et mort par leurs dates données ? Comme flèche tirée ou bien corde tendue ? Je pourrai dessiner aussi des pointillés  Des moments de bonheur, entre eux espacés  Ou un trait sinueux, en courbes prononcées  Selon les hauts, les bas qui ont pu l’émailler. J’y ferai figurer des chemins de traverse  Des voies sans issue, des impasses superbes Des tas de chemins creux où la vie se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Par nos actes d’amour.

Par nos actes d’amour. Chaque jour je grandis, tout en restant moi même  Si ce n’est étonnant, je vous le dis quand même. Je change à chaque instant, dans mon intégrité  Et si je vous le dis, c’est que ce n’est secret. La mort seule interrompt l’étrange processus Quand c’est la destruction qui prendra le dessus Jusque là c’est la vie qui triomphe toujours Et accepter de vivre, est un acte d’amour. Chaque jour je m’étonne de la beauté du monde Ça n’a rien d’étonnant, je le clame à la ronde Je jouis à chaque... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]