Les troubles remuements des âmes et des cœurs...

21 septembre 2018

Malgré tout.

Malgré tout. Quoiqu’on dise ou fasse on sera toujours seul Quand bien même un autre vous tiendra fort la main Devant la maladie ou la mort qui s’annonce Même si l’être aimé vous dira, ne renonce. Donc il faut accepter un jour sa finitude Supporter la douleur comme une habitude Puis vite oublier ces côtés les plus sombres Ne les laisser gagner, n’être la proie des ombres. Rechercher la lumière pour chasser la pénombre  Apprécier la beauté, s’en repaitre sans nombre Aimer de tout son cœur les autres autour de soi ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Pas question qu’on se lève

  Pas question qu’on se lève. Il y a des jours comme ça, on voudrait être ailleurs  Vivre une autre vie, connaître le meilleur Mais voilà on s’englue, un train train ordinaire Rien de bien excitant, rien que du terre à terre. Alors dans ces cas là c’est vrai que l’on se traine  Résolu à rêver que le sort nous entraîne Nous offre un destin ou de roi ou de reine Sans faire trop d’effort, juste un coup de veine. On s’est jadis battu mais en retour des nèfles  Alors on n’y croit plus qu’il faille... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Absurde.

  Absurde. La somme de hasards tous au petit bonheur La roue de la fortune qui déchire les coeurs  La loterie sans âme aux fruits âcres ou meilleurs Et le lancer de dés aux faces de frayeurs, Nos vies sont les jouets de ces jeux sans morale Nous sommes ballotés mais tout ça est égal  Tous à la même enseigne dans tout ça au final La remise à zéro nous est à tous fatale. Nos vies n’ont d’autre sens que la vie elle même  Depuis l’aube des temps elle décline ce thème  Elle fait mille essais dont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

L’amour d’une mère.

L’amour d’une mère  Qui viendra comme toi tendrement me sourire Me prendre dans ses bras et me tendre la main Une mère jamais elle ne devrait partir L’amour devrait gagner même contre le destin. Les femmes sont amour mais celui d’une mère  Ne se peut oublier tant il nous a construit Des élans de la mère nous sommes bien le fruit Comme celui qui sort du profond de la terre. Je pense à toi ma mère, je ne t’ai assez dit Montré combien je t’aime lorsque j’étais petit Cet amour d’une mère que autant moi j’ai pris... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Insouciance.

  Insouciance. Qui pourrait dire encore qu’il reste un espoir Un espoir pour ce monde qui s’habille de cris Les cris qui sont partout sous le poids du mépris  Mépris pour la souffrance qui couvre tout de noir Ce noir des voiles sombres de nos choix trop faciles Faciles de les faire quand on pense à court terme Court terme qui fera que l’avenir on ferme Ferme la donc ta gueule et demeure insensible Insensible aux dangers, aux alarmes qui sonnent Sonnent à nos oreilles tous les mots qui raisonnent Raisonnent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Plus forts que les mots.

  Plus forts que les mots Les émotions n’appellent pas forcément de mots Partout elles s’écoulent en larmes ou sanglots Certains savent les dire en latin ou argot Les pleurs comme les rires sont plus forts que les mots. A quoi sert d’avancer s’il n’y a plus d’horizon A quoi sert d’espérer si le monde est prison S’il n’y a plus de demain à nos pauvres destins Si nous tenons la fin là entre nos deux mains ? On sent déjà dans l’air l’odeur des choses mortes Dès lors tous les projets sont morts nés ou avortent On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Briques.

Briques. Le monde est fait de briques, tout est brique d’abord Tu connais les atomes, mais d’eux mêmes on sort Bien d’autres éléments, tous plus petits encore On ne sait pas lequel battra tous les records. Le verbe est fait de briques, les briques sont les mots Combien de lettres aussi pour bâtir ces propos Il y a tant de langages pour les construire il faut Des signes sur des pages, assemblés comme il faut. La musique a ses notes et bien plus ses accords Ses variations superbes et ses voix de ténors  Ses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Contrastes.

Contrastes. Il veut depuis toujours percer tous les mystères  Connaître au delà des simples apparences Il veut savoir sans frein ce qu’il y a derrière  C’est là le sens pour lui que de son existence. Il prend depuis toujours ce dont il a désir  Il aime avant tout d’abord de conquérir  Il fait en toute chose ce qui lui fait plaisir  Pour ça il est aussi parfois prêt à mourir. Les hommes sont contrastes et apprentis-sorciers Les hommes sont voraces et trop souvent pompiers Des incendies... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Tout appelle à l’amour.

Tout appelle à l’amour. Au cœur de ton sourire lorsque parlent tes yeux Dans ta main qui s’accroche au creux de mes cheveux Dans ton sein qui palpite sous le lin du corsage Dans ces mots balbutiés à l’oreille au passage, Tout transpire l’amour et l’envie d’un alliage De la danse des corps trop longtemps au sevrage De ces jeux sans lesquels la vie est bien trop sage De ces joutes amoureuses où l’on oublie son âge. Dans ton ombre chinoise portée sur le rideau Dans la mousse du bain qui dévoile ton dos Dans les plis de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Lescourbes voilées.

Les courbes voilées. Où sont donc les volants de ces robes légères  Où passées ces dentelles qui nous faisaient rêver ? Qu’on soit jeune ou vieux on fait cette prière Qu’y a-t-il donc dessous qu’on les veut soulever. Il n’y a rien de plus beau que ce qui est caché  Rien de plus désirable quand c’est imaginé  Qu’ils étaient délectables à peine entrevus Que ces éclats de chair, ces éclairs de peau nue ! Loin de moi cette idée de plaider pour l’extrême  Pour ces carcans d’étoffe où l’on veut enfermer ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]