Les troubles remuements des âmes et des cœurs...

17 mai 2018

Pantoum de l’acrobate

  Pantoum de l’acrobate Il a fait de son corps, qu’il modèle une pâte  Il en fait ce qu’il veut, l’air ou l’eau est à lui La vie est ainsi faite comme lui elle épate  Par ce qu’elle nous donne, ce par quoi elle nuit. Il en fait ce qu’il veut, l’air ou l’eau sont à lui Ses gestes étonnants sont ceux d’un acrobate Par ce qu’elle nous donne, ce par quoi elle nuit La vie est une arène où il nous faut combattre Ses gestes étonnants sont ceux d’un acrobate Il refoule sa peur, donne le meilleur de lui La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

La plume et la matrice

  La plume et la matrice Les textes sont enfants qui cherchent une matrice On croit bien qu’on les fait, mais je crois bien qu’on triche Ils ont désir de vivre leur ligne directrice Je pense que c’est eux, en fait, qui nous choisissent. Ils surgissent de nous comme des flèches vives Dans ce besoin qu’ils ont, que leur essence vive La matrice ou la plume seront ces passeports Par lesquels ils s’incarnent toutes voiles dehors. Ensuite ils nous échappent, notre rôle est échu  Dès lors qu’ils ont grandi et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Au poil

Au poil ! J’entre dans la boutique, l’accueil est chaleureux C’est là que très souvent on coupe mes cheveux Monsieur n’étant pas là, une dame me propose D’officier à sa place si je ne m’y oppose. En toutes confidences je cède volontiers A ses mains apaisantes, je vais me confier Le shampoing est si doux sur mon cuir chevelu Massé par ces deux mains, je suis bien détendu. Assis sur le fauteuil, habillé tout de rouge Pour bien me protéger, il faut que je ne bouge J’indique à l’artiste, précis ce que je veux  On ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Pantoum de l’amoureux

Pantoum de l’amoureux. Sur l’herbe tendre et verte, qu’une douce pluie mouille J’ai dit combien je t’aime, je t’ai donné mon cœur Tandis que dans ce monde, que bien trop d’hommes souillent On voit las tous les jours, quelque chose qui meurt J’ai dit combien je t’aime, je t’ai donné mon cœur J’attends dès à présent, et vois-tu j’en bafouille On voit las tous les jours, quelque chose qui meurt Mais le temps qui s’enfuit, bien trop vite les brouille. J’attends dès à présent et vois-tu j’en bafouille Que tu répondes oui,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Les voies ouvertes

Les voies ouvertes. Comment n’aurait-on pas à coup sur le vertige Si l’on regarde bien au delà de sa bulle Si on sait écarter tout ce qui nous afflige Pour voir ce qui est plus grand, ou ce qui est minuscule. Nous sommes des géants, pour toutes particules Insensibles bien sûr à nos conciliabules Atomes, électrons bien plus petites encore  Qui constituent pourtant la substance des corps Nous sommes des poussières pour les astres lointains Étoiles et galaxies et ce jusqu’aux confins D’un univers immense, bien au... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Au fond de mon jardin

Au fond de mon jardin. Souvent je vais pleurer, au fond de mon jardin Auquel je livre intime, mes plus lourds chagrins De ces poids me délivre, la tête entre les mains D’où mes peines s’écoulent, mais renaîtront demain. La terre sous mes pieds, l’odeur d’herbe coupée  Le frais de la rosée, les souffles parfumés  Estompent un moment, dans ce bain de nature Les effets malheureux, des coups, des blessures. Quand les larmes ont coulé, que je me sens lavé  Parfois mais pas toujours, je me sens plus léger Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

Lourds secrets

DUO de plumes Lourds secrets. Ils n'y ont pas pensé, à ce lot de souffrances, Ceux qui dans la douleur, nous forcent à exister, Dans une vie empreinte, d'un éternel silence, On reste cette tache, qui gâche le portrait. Pour les uns sûrement d’abord par insouciance Car les enfants avant, n’ont vraiment d’existence Pour tous plus sûrement, c’est bien de l’inconscience  Quand pour se reproduire, nul besoin qu’ils y pensent. Mais ces secrets nous suivent, souvent bien malgré nous,Il suffit de recherches, et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Notre altiplano

Notre altiplano. Regardez ce pays, écoutez, il vous parle Si vous l’avez compris venez y faire escale Car il est généreux, il ouvre grand ses bras A tous ceux qui voudraient l’arpenter de leurs pas. Admirez ce pays, sa beauté sans pareille Quand elle est dévoilée, sans pudeur, au soleil Ses montagnes escarpées, ne sont pas les moins fières  Elles sont accessibles, dans leur présence altière. Respirez ce pays, goûtez son énergie  Qui brave tous les vents, la neige et la pluie Parcourez ses forêts et sillonnez... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Comment puis-je le taire ?

Comment puis je le taire ? Et s’il fallait me taire, ne le dis pas ma mie Pour toi j’ai tant souffert, qu’à présent j’ai compris Que ne suffisent pas les mots, même d’amour Que ce n’est pas ainsi, qu’il faut faire ta cour. Lors je saurai me taire, sans taire mon amour Lors je saurai me taire, sans attendre mon tour Il y a fort à faire tant grouille tout autour Ces mille prétendants comme autant de vautours. Mais j’aurai beau me taire, toi en haut de ta tour Tu me verras ardent, sans enchaîner de tours Tu me sauras... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Combien m’ont fait rêver...

Combien m’ont fait rêver. Combien m’ont fait rêver toutes les caravanes Traversant ces déserts où si peu se pavanent Ces files de chameaux chargés de lourds paniers Et dont les ombres dansent sur les dunes ondulées. Combien m’ont fait rêver ces palais de l’orient Décorés richement couverts de marbre blanc Et leurs harems cachés par les moucharabieh  Où se baignent des femmes à la peau parfumée. Combien m’ont fait rêver ces souks désordonnés  Croulant sous les étoffes de tissus damassés  Et ces armes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]