05 juin 2017

La bastide

La bastide Si tu retournes un jour à la vieille bastide Penses à m'en rapporter quelques pieds de fenouils Dans ces lieux où jadis venaient prier les druides Tu n'en reviendras pas je l'espère bredouille. Tu gardes souvenirs de ces jours de bonheur De ton enfance simple à l'abri des malheurs Dans la belle nature et ses mille couleurs Ce n'était pas sur elle que tu versais des pleurs. Que vas-tu retrouver entre les vieilles pierres, La ferme est ruinée envahie par les herbes De ces chemins secrets où tu te promenais Il n'en reste... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Etrange liaison

Étrange liaison J'ai vu grandir un arbre tout au long des années D'une pousse timide c'est un géant qui est né Hier je dominais son fragile feuillage Je grimpe dans ses branches tant il a pris de l'âge, Vigoureux compagnon de mes jeunes années À présent je suis bien sous sa large futaie Ma vie est un clin d'œil pour sa longévité J'ai gravé sur son tronc la date où je suis né. J'ai planté d'autres arbres mais lui il est spécial C'est un courant qui passe avec ce végétal Dans mon dos appuyé sur l'écorce rugueuse J'ai souvent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 avril 2017

Les copains d'alors

Les copains d'alors Ah la chaude amitié, ah les copains d'alors Lorsque l'on était jeune que l'on courrait dehors Qu'on découvrait la vie dans quelques corps à corps Dans ces luttes viriles dont nous rions encore, Ah parcourir les bois, vivre des aventures Et à la belle étoile écouter la nature Autour d'un feu de camp crier à pleins poumons À réveiller l'écho renvoyé par les monts. Quand le sac sur le dos, nous suons dans la pente Que sans dire un mot, pourtant on ressente Cette forte émotion d'être si bien ensemble Avec des amis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

le couloir

Le couloir Long était le couloir qui menait à sa chambre Petit garçon perdu dans la maison immense Noir était ce couloir en ces jours de décembre Beaucoup plus long et noir que ce que d'autres pensent. En ces temps d'autrefois la lumière était chiche Car l'électricité bien réservée aux riches Pour regagner le soir et tout seul sa chambrée Lors il fermait les yeux courait sans respirer Jusqu'à la grande porte qu'il lui fallait pousser Aussitôt refermée là il pouvait souffler Il n'en parlait jamais de peur d'être moqué De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2017

Seul l'enfant

Seul l'enfant   Chasser la bartavelle comme au temps de Pagnol Partir en caravelle comme un espagnol Séduire quelque belle avec une bagnole Sous la citadelle, danser la carmagnole,   Faire en trottinette la guerre des boutons Et à la moulinette passer le potiron N'en faire qu'à sa tête comme au temps des donjons Où quelque pirouette en dansant au salon,   Courir dans les chemins avec des galopins Ne croire au destin qui nous prend par la main ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2017

Canailloux

Canailloux On suivait des pistes de branches et de cailloux On s'égarait parfois en petits canailloux On connaissait les bois, car on était chez nous  Nous étions des enfants si libres après tout. Nos mollets dénudés étaient toujours griffés  D'avoir franchi ronciers tout le long des sentiers Nos ongles étaient noirs de terre et de graviers Pour tous ces beaux châteaux qu'alors on construisait. Nos habits n'étaient pas plus résistants que nous Aussi comportaient-ils je l'avoue quelques trous Nous nous en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2017

Des gens ordinaires

Des gens ordinaires Je voudrai aujourd'hui leur faire dédicace Avec ces quelques mots sortis de ma besace Que l'on ne trouve pas dans les cœurs de glace J'aimerai leur dire quelle est leur place. J'ai choisi avec soin des mots très généreux De ces mots savez-vous qui ne donnent pas creux Pour pouvoir le dire à ceux qu'on nomme vieux Que quelque part tu sais j'écris tout ça pour eux. Car ils m'ont tout donné la vie et puis le reste Qui est très important pas seulement des zestes Car ils m'ont tout appris, la vie, comment on reste... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2017

Partie de légos

Partie de légos J'ai joué aux legos avec tous mes marmots Au début par devoir ils étaient sur mon dos C'est petit à petit que j'ai compris leur jeu J'ai appris à nouveau à rêver comme eux. Cela a commencé presque comme un supplice De devoir concéder du temps à leurs caprices Puis j'ai laissé glisser de mon dos la pelisse De l'adulte occupé, pour goûter aux délices. Emboîter comme un fou des pièces disparates Où bien suivre un plan étape par étape Imaginer autour tout un monde qui vit Au rythme des idées de ces enfants ravis. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2017

L'horloge du bonheur

L'horloge du bonheur Oh combien dans l'enfance la vie était rythmée Par l'heure des repas pris dans la maisonnée Levés vers les six heures, nous mangions juste à sept De bols de chocolat et de pain demi-sec. La pause déjeuner c'était midi tapante Pour nous y inviter les odeurs alléchantes De ces bons petits plats mitonnés lentement Attiraient à coup sûr les jeunes garnements. On goûtait bien aussi, nos appétits féroces Et c'est à pleines dents, toujours aussi véloces Que nous engloutissions des tartines géantes Des verres de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Le petit cirque

Le petit cirque C'était souvenez-vous dans nos petits villages La fête quand venaient les camions bariolés Du cirque itinérant qui faisait étalage De son beau chapiteau aussitôt déployé. Nous trépignions enfants à cet événement D'abord émoustillés par la vue des félins Des chevaux, des lamas ou des singes malins Et de voir le spectacle nous étions impatients. Quand le soir nous entrions sous la tente immense Pour y voir le clown blanc, le cheval qui danse Nous retenions nos souffles sur les acrobaties Là-haut sur le trapèze... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]