Toute en dou...ceur.
Lorsque j’étais enfant c’était ma Tati Dou 
Ce nom qui me plaisait tant il sonnait si doux
Mes souvenirs d’alors sont beaux comme l’enfance
Quand nous nous retrouvions à Bram chaque vacances.
Me reviennent en mémoire des images en vrac
Je me souviens d’avoir découvert Camurac 
Elle m’y fit apprécier la cueillette des fraises
Avec elle toujours je me sentais à l’aise.
Elle aimait la nature les arbres et les fleurs
Elle était optimiste en dépit des malheurs
Était bonne nature cette femme au grand cœur
Et à la côtoyer ce n’était que bonheur. 
Que dire un peu plus tard de cette table ronde
Dont elle était si fière, qu’elle a tant embellie
Où elle recevait souvent son petit monde 
Peuplée de tous les membres de famille élargie.
Lorsque je fus plus grand, on l’appela Nandou
Mais pour moi elle restait c’est sûr ma Tati Dou
Cette Tati de Bram et ses talents d’artiste
M’a-t-elle influencé, quand j’ai suivi sa piste ?
Comme tous elle vieillit, et elle devint pour tous
L’adorable grand mère au nom de Mamidou 
Qui allait comme un gant à ce fort caractère 
On se serait trompés à la croire un peu mièvre.
Elle m’a accueillie encore les bras ouverts
Ces dernières années offrant gîte et couvert
À ce neveu nomade qui aimait converser
Alors bien avec elle en de longues soirées.
Elle est la dernière de ces tendres figures
Qui m’ont accompagné dans ma propre aventure
Une page se tourne avec cette âme digne
Nous sommes à présent nous en première ligne.
Pierre-Jean BOUTET