A tous ceux qui m’ont fait.
A tous ceux qui m’ont fait, pétri de cire blanche
Qui m’ont pris dans leurs mains afin que je ne flanche
Qui furent les tuteurs de ce très jeune plant
Qui ouvrirent leur cœur à celui de l’enfant 
Je veux dire merci de m’avoir tant donné 
De ne jamais, jamais m’avoir abandonné 
D’avoir su tenir bon face aux jeunes colères 
Du petit sauvageon qui se roulait par terre.
A tous ceux qui m’ont pris et serré dans leurs bras
Qui ont pris mes chagrins pour les noyer d’amour
A tous ceux qui ont su aussi rire aux éclats 
Devant les quelques frasques que l’on fait tous un jour.
Je veux dire merci d’avoir su me comprendre
Et de m’avoir guidé vers ce qu’il faut apprendre
D’avoir sans insister, si bien montré l’exemple
Sans faire de ma vie un moine dans un temple.
A mes chers parents, grands parents, oncles et tantes,
Qui m’ont accompagné jusqu’à ce que je tente
A mon tour de jouer ce rôle indispensable
D’être toujours présent pour l’enfant, et si stable.
Je veux dire merci quand tout ce que je suis
Ne fut rendu possible que grâce à leur appui
Ils ont forgé ce socle sur lequel j’ai grandi
Et si je me tiens droit, c’est surtout grâce à lui.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com