02 juin 2018

Vagabondage.

Vagabondage. Hier j’ai vagabondé sur les coteaux fleuris De ma chère Cerdagne, de mon cher paradis Les champs étaient couverts de mille pissenlits Narcisses dans les prés, comme des couvre-lits, Des odeurs de printemps courraient sur la campagne Et je m’en emplissais, sourires à ma compagne, Nous entendions le cri de deux buses variables Et leur joli ballet, chasse impitoyable. Moisson aussi nous fîmes, de tendres mousserons De leur nom carriolettes, en denses napperons Répandus là dans l’herbe, attendant la moisson ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2018

Lucioles.

  Lucioles Les vers sont des lucioles qui éclairent la nuit Quelles drôles de bestioles qui apprécient l’ennui Un jour comme elles brillent, viennent à toi sans bruit L’autre elles s’éparpillent ou demeurent sans vie. Je reste sans bouger dans un profond silence C’est pour mieux la guetter leur belle renaissance Je sens venir à moi comme en reconnaissance Les vers un peu timides qui reprennent confiance. Les vers sont comme nous parfois sont bien lunés  Vous les verrez alors la page enluminer Las lorsqu’ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Notre histoire.

  Notre histoire. Quand j’entendrai cet angelus Frisson glacé sur ma mémoire  Je sais hélas qu’il n’y aura plus D’autre chapitre à notre histoire. On voit la vie bonus-malus Mais qui pourrait encore y croire Il n’y a bien qu’un terminus Qui rend tout ça bien dérisoire. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Embellie.

Embellie. Une aube claire ce matin Je me lève un sourire aux lèvres  Nous allons faire un câlin Sans trop faire monter la fièvre  C’est un pied de nez au destin Il ne sera qu’à nous ce rêve  Si tu me tiens fort par la main Cet instant est comme une trêve. Il y aura d’autres demain Aux bonheurs que le temps enlève  Mais profitons de ce matin Car l’embellie vois-tu est brève. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Les bruits de la nature.

Les bruits de la nature. Entendez le murmure qui vibre autour de vous Dans les cris des oiseaux, dans les sources d’eau claire Entendez la nature comme son chant est doux Vibrez à l’unisson des mélopées de l’air. Écoutez aussi bien tous ses cris de colère  Tous ceux que font sonner ses tremblements de terre  Ceux qui résonnent aussi dans ses coups de tonnerre Ceux qu’elle nous envoie à travers ses éclairs. Tendez bien votre oreille sur le bourdonnement Intense et tranquille d’une ruche au printemps De la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Élans sauvages.

  Élans sauvages. Les amoureux s’embrassent à bouche que veux-tu Peu soucieux semble-t-il de garder leur vertu Quand corps et cœurs leur parlent d’une même voix Ils se laissent emporter, par troubles et émois. Sentir monter la vague qui va les emporter Quand la raison divague, que l’esprit est muet Le torrent qui bouillonne d’un sang devenu chaud Rend leurs ardeurs brouillonnes et les porte très haut. Du plus profond des corps, jaillit une énergie  Aussi puissante et forte que le sont leurs envies, Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2018

Brouillard.

  Brouillard. Le brouillard est épais partout qui enveloppe La maison, le jardin de ses brumes interlopes Le monde rétrécit à mon seul pré carré  Étrange sensation d’y rester oublié. Ma raison est intacte qui me dit tout va bien C’est un fragile masque et tu ne risques rien Que faire contre celle qui alors vagabonde Mon imagination qui lors refait le monde. Un monde à mon goût où règnerait la paix Où les hommes ensemble en même volonté  Façonnerait la terre sans pourtant la blesser Je ferme mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

A mes parents.

  A mes parents. On vit a côté d’eux, lorsque l’on est enfant Quand on a cette chance d’avoir ses deux parents Quand on les sent puissants, quand on les sait aimants Sans même se douter qu’ils pourraient être absents. On grandit avec eux, on est si confiants Parfois ils sont sévères, on leur en veut un peu On sait qu’ils les protègent leurs oisillons au mieux Souvent on s’y oppose, quand on devient plus grand. Ensuite ils vieillissent, on en fait tout autant Parfois même ils deviennent de proches confidents On... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Écrire.

  Écrire. Bien sûr qu’on y raconte mille et une histoires Qu’on y donne à voir des pays et des gens Bien sûr que c’est parfois pour décrocher la gloire Pour chercher les honneurs ou gagner de l’argent Mais tous les écrivains, ceux qui sont en estime C’est d’abord l’émotion qui remue leur intime Qu’ils cherchent à exprimer, c’est parfois par les rimes S’ils cherchaient à le taire, ce serait presque un crime. S’ils écrivent d’ailleurs c’est qu’ils ont ce besoin D’extirper du fond d’eux ces souvenirs lointains Ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Les chevaux de feu.

  Les chevaux de feu. Sur des chevaux de feu, voilà l’apocalypse Qui ne laissera rien que des cristaux de gypse Le désert minéral, recouvert des chimères De tout ce qu’autrefois a pu porter la terre. Les cheveux emmêlés, de ses mille gorgones Sont comme les nuées, des orages qui tonnent Qui ne laisseront rien que des terres glacées  Là où jadis des vies venaient se prélasser. Les durs sabots tranchants, de milliers de cavales Piétineront le sol comme dit la cabale Ils ne laisseront rien, que des dunes de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]