Retrouvailles.
Elle était là prostrée, en attendant sa fin
Refusant la boisson même le bout de pain
Couchée sur sa paillasse indifférente à tout
Résignée quoiqu’on fasse, elle semblait au bout.
Puis on entend des voix qui s’agitent autour d’elle
Un homme aux cheveux blancs qui se penche sur elle
Lui fait une caresse si pleine de douceur
Un geste simple et tendre qui lui va droit au cœur.
Alors elle se réveille et ouvre grand les yeux
Elle sourit soudain c’est alors merveilleux
Elle tend à son tour son bras là vers le vieux
Lui tapotant la tête, caressant ses cheveux.
Il lui parle alors à cette vieille amie
Elle parait comprendre à son regard qui luit
Ils poursuivent ces échanges tactiles et amoureux
On les voit très émus et sans doute heureux.
Et dans ces retrouvailles brille l’humanité 
Qu’importe alors l’espèce, lorsque l’amour paraît 
On peut être amis au delà des frontières 
Alors faire sauter d’impossibles barrières.
Pierre-Jean BOUTET