C’est trop facile !
Oh combien c’est facile de dire aux autres, bosse !
Lorsque soi même on roule dans un joli carrosse
Ça mange pas de pain, de leur dire, toi bouge !
Lorsque son propre compte n’est jamais dans le rouge.
Descend un peu mon cher du sommet de l’olympe
Car même Jupiter s’en allait voir les nymphes 
Vient te mêler au peuple à celui qui en bave
Tu verras un peu mieux à quel point il est brave.
Combien malgré tes taxes à quel point il dérouille 
Combien il bosse un Max, combien il se débrouille 
Mais là tu en fais trop, trop t’en mets sur leur dos
Quand seulement aux riches, tu fais de beaux cadeaux.
On te dit pas trop bête, bien qu’un peu arrogant 
Ce que tu as en tête, tu dis sans mettre de gants
Alors je te le crie, est venu le moment
D’entendre ce que disent un peu partout les gens.
Tu vantais en campagne ton tout nouveau projet
Tu nous traites à présent en impuissants sujets
Mais si tu persévères bientôt tu riras jaune
Pas seulement crois moi, du fait des gilets jaunes.
Ta valeur n’atteint pas le nombre de tes années 
C’est pas une raison pour tous ces pieds de nez 
Que tu sembles nous faire, en début de mandat 
Pourquoi contre le peuple, ces cruels attentats ?
D’autant que ces erreurs vont aggraver aussi
La dette écologique que porte le pays
Tu n’écoutes Hulot, à cause des lobbys
Alors fais ta valise et rejoins tes amis.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com