Rêveries.
Qui n’en a pas rêvé d’une vie sans nuages
D’une vie agréable, d’une vie pas trop sage
D’être éternellement aussi jeune que beau 
De vivre de plaisirs sans connaître de maux.
Mais combien d’éclaircies dans nos ciels souvent sombres 
Mais combien de bonheurs dépourvus de ces ombres
Mais combien de moments où l’on dit tout va bien
Nous vivons dans l’espoir que tout cela advienne.
Alors on se résigne à subir nos tracas
On tente d’oublier tout ce qui ne va pas
On s’accroche aux futurs, tous remplis de promesses
On tente du présent d’effacer ce qui blesse.
Nous sommes des rêveurs, des chercheurs d’impossible
Nous n’acceptons jamais de la vie le terrible
Nous pensons mériter le meilleur pour nous mêmes 
Nous refusons de voir le hasard qui nous mène.
Pourquoi n’ai-je pas eu comme d’autres la chance 
D’avoir eu tout pour moi, d’avoir eu une enfance
D’avoir pu échapper à multiples souffrances
D’avoir croisé des gens qui m’ont donné confiance ?
Mon lot n’est pas ton lot à cela rien ne puis
Sinon vivre et lutter de jour comme de nuit
Pour gagner ce qui est pour moi le paradis
Un endroit où enfin je n’aurai plus d’ennuis.
Pierre-Jean BOUTET 
cambredaze.canalblog.com