Réhabilitons le petit ramoneur
On le croit désuet avec son échelle 
On le croit savoyard l’histoire n’est pas celle
Qu’on conte aux enfants de ces petits garçons
Qui montaient sur les toits parfois pour pas un rond.
Dans l’esprit populaire il apparaît tout noir
De la suie qui s’accroche à sa peau jusqu’au soir
Il est en habits rouges de la couleur du feu
À présent quand il sonne c’est un simple monsieur.
Le ramoneur toujours dégage les conduits
Pour les débarrasser de toute cette suie
Il est mieux équipé pour accomplir l’ouvrage
Il n’est plus déguisé, c’est peut être dommage.
L’affaire est sérieuse puisque les assurances 
Exigent désormais la preuve qu’il avance
Ce papier délivré pour attester qu’il a
Purgé nos cheminées, de tout dépôt cracra.
C’est devenu tendance un vrai métier au poil
Pour dans chaque maison, traiter foyer et poêle 
Ne vous attendez pas à ce que je dérape 
Parlant du ramoneur qu’on chante dans les rap.
Qu’on soit homme ou femme chaque année on attend
Que le ramoneur passe et on en est content
On sait que tout l’hiver on pourra se chauffer 
Sans qu’on craigne jamais le feu de cheminée.
C’est un métier qui change comme beaucoup en mieux
Et ceux qui les regrettent sont très souvent des vieux
Ils avaient quelques charmes mais pas des envieux
Tous ces métiers désarment, et disons leur adieux.
Pierre-Jean BOUTET
W