Rien ne résiste.
Tout au pied des montagnes gisent des éboulis 
Là où furent autrefois de grands prés très fleuris
Partout au bord des mers sont des plages infinies
Là où furent jadis des terres et des prairies,
Rien n’est jamais pareil sous les feux du soleil
Laisser passer du temps sur quelque paysage
Il aura bien changé à vos prochains passages
Même si malgré ça, encore il émerveille,
Aux plages de mon coeur il règne un grand vide
Là où pourtant un temps, l’émotion fut fébrile 
Au pied de l’être aimé, dont j’étais tant avide
Il n’y a plus que débris, des amours malhabiles.
Rien n’est jamais pareil, sous les feux de l’amour
Laisser passer du temps, sur quelque mariage
Il aura bien changé, même si vous restez sage
Même si malgré ça, vous y croyez toujours.
De la vieille maison, il ne reste que ruines
Elle que autrefois, on montrait en vitrine
Du jardin si fleuri il ne reste que ronces
Là où se tinrent jadis ces fêtes qu’on annonce.
Rien n’est jamais pareil sous les à-coups du temps
Laisser passer du temps, celui de quelques orages
La maison ne sera que gravats et ravages
Même si malgré ça, son charme est patent.
De ce nid que j’avais, il ne reste que cendres
Quand j’avais un endroit, accueillant et si tendre
Du foyer où brûlait une grande confiance
On ne voit plus de trace, de cette belle ambiance
Rien n’est jamais pareil, du fait des habitudes
On croit que c’est acquis, mais c’est une illusion
Qu’est-ce donc qui résiste, aux feux de la passion,
Même si malgré ça, on croit aux certitudes ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com