Meurtris
 
Sur les routes au hasard, il est parti un jour
Ce n’était qu’un enfant, il songeait au retour
Pour lui la vie n’avait pas trop de carrefours
Aussi il marchait droit, et son pas n’était lourd.
 
Il a grandi ainsi sur les mille chemins
L’esprit toujours tourné vers l’espoir que demain
Il trouverait l’endroit où se poser enfin
Il trouverait la terre où était son destin.
 
Il a vu les obstacles, qu’on mettait sous ses pas
Toutes ces barrières qui disaient on veut pas
On ne veut pas de toi, poursuis encore ta route
Reviens donc d’où tu viens pour y gagner ta croûte.
 
Il n’est plus un enfant, il a la rage au cœur
Aussi le désespoir que nourrit le malheur
Il ne demande pas qu’on lui fasse un cadeau
Juste au moins une chance, de montrer ce qu’il vaut.
 
Veux-t-on de ces enfants, faire des hommes aigris
Des hommes au désespoir, des hommes trop meurtris
Qui demain contre nous retourneront leurs armes
Il sera bien trop tard, pour verser quelques larmes.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com