Toujours plus
Sans cesse il a couru, et autant qu’il a pu
Après ce but ultime, obtenir de la vie
Tout ce qu’elle peut donner, pour calmer ses envies
Au bout du compte en fait, combien il fut déçu.
C’est comme un horizon, qui s’éloigne toujours
Qui parait à portée, encore quelques jours.
Mais on a beau courir aussi fort, aussi vite
Jamais on ne l’atteint, comme s’il nous évite.
Pourtant combien d’efforts, même de sacrifices
Pour parvenir enfin, en ce lieu de délices
Où pouvoir se poser, pour enfin jouir de tout
Ne l’a-t-on mérité tout cela après tout ?
L’illusion est commune et bien entretenue
Ne pas se contenter, bien qu’on l’ait obtenu
De ce qu’on a déjà, il nous en faut bien plus
La course est sans fin, elle n’a que ce but.
Ainsi prise au piège de la fuite en avant
L’humanité bientôt n’aura plus rien devant
Ayant tout consommé et ayant tout détruit 
Plus rien ne pend sur l’arbre où elle cueillait ses fruits.
Où est la marche arrière ? Personne ne le sait
Comment en avoir moins, quand ce n’est pas assez ?
Qui le pourra entendre ce discours de raison
Le seul pourtant capable de sauver la maison ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com