À quoi bon ?
Pourquoi se démener et pourquoi donc se battre
Lorsqu’on est impuissant à pouvoir tout changer
Pourquoi avoir souci des hommes ou des arbres
Quand on ne peut les soustraire aux dangers ?
Alors ils sont nombreux après moi le déluge 
Ceux qui sont convaincus qu’ils ne sont pas des juges
Qu’il ne leur appartient au fond de s’engager
Que pour leur propre cause, pas pour des étrangers.
Ils se disent sans doute que le temps de leurs vies
Les choses resteront à niveau supportable
Qu’il pourront profiter des plaisirs délectables 
Avant que se dégradent leurs conditions de vie.
Vision à courte vue mais si compréhensible
Puisqu’ils ont entendu que c’était impossible
De renverser le cours de la lente débâcle 
De ces déséquilibres dont ils voient le spectacle.
Suis je si différent, moi le presque vieillard
Qui porte sur les choses ce bien triste regard
Quand ma génération porteuse de tant d’espoirs
N’a pas su réagir avant qu’il soit trop tard !
J’ai beau lancer des cris ils se perdent en route
Noyés dans le brouet de nos peurs et nos doutes
J’aimerai tant écrire pour exprimer l’espoir
Las je me suis perdu dans des idées si noires.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com