Des hauts et des bas
Quand un jour tout s'arrête, que l'on n'y croit plus
Que l'on se sent très bête, d'y avoir tant cru,
Que la course s'achève, sans plus de rêves 
Que le coeur se soulève, alors on crève.
Tant que luit tout au fond une lueur d'espoir
Tant qu'on aime, qu'on vit, qu'on arrive à y croire
Tant qu'une illusion imprègne nos vouloirs
On a toujours en nous, d'avancer, le pouvoir.
Si la réalité après tout n'est que faite
De ce qu'on imagine, que l'on a dans nos têtes 
Combien ce monde alors doit être bien fragile
Pour dépendre ainsi, de nos pensées futiles.
La vie peut être un jeu fait de montagnes russes
Un jour tu es en bas, demain le roi de Prusse,
À osciller toujours d'un extrême à l'autre 
Pas de bouton arrêt, en tout cas pour nous autres.
On souhaite tous un jour mettre la vie en pause
Dans un de ces moments où soudain tout repose
Un sourire donné, un geste, une rose
Un instant si parfait qu'y croire même on n'ose.
On veut parfois descendre, ou souvent que ça cesse
Pourquoi continuer quand tant de choses blessent
Mais voilà qu'on a peur de ce qu'il y a derrière 
Alors on laisse faire jusqu'à station dernière.
Pierre-Jean BOUTET