relaiposte

Embellir le passé

Les vieux relais de poste faut-il les regretter
Où piaffaient les chevaux dans des odeurs de foin
On y faisait ripaille, on y dormait moins bien
Au petit jour levé, la course reprenait.

Les voyages d'antan au gré des diligences
Avaient-il tout ce charme que promet le passé
Sur les chemins guettaient alors bien des violences
Le confort et le temps y étaient bon marché.

Les intérieurs si sombres quand survenait le soir
Éclairés des bougies chichement disposées
On ne s'y attardait qu'auprès du chaud foyer
Où rougeoyaient des braises, contrastes dans le noir.

Les veillées d'autrefois en ces fins de journée
Après le dur labeur elles étaient écourtées
La fatigue et le soir avaient vite raison
De ces tous derniers bruits au cœur de la maison.

La vie dans les campagnes faut-il la retrouver
Quand la fête au village permettait de danser
Les feux de la St. Jean qui tout illuminaient
Quand les pas des danseurs dans le foin s'achevaient.

Les fêtes d'autrefois étaient des parenthèses
Dans ces destins fauchés dans l'extrême jeunesse
Il fallait vivre vite avant que la vie cesse
Les croisées des chemins étaient souvent mauvaises.

Sur les tableaux de maître survivent des lumières
Que nous voyons émus comme par des prières
Gardons-nous toutefois d'embellir ce passé
Nous en sommes sortis pour ne pas trépasser.

Pierre-Jean BOUTET