carnaval-nice-01-75290

Carnaval

Dans un bruit infernal le carnaval tangue
On n’entend plus rien que les tamtams et les cris
Je m’en moque en croquant dans ta peau de mangue
C’est dehors que ces bruits couvriront tous nos cris.

Dans la rue s’agitent les danseurs en délire
C’est nos corps dans la chambre à présent qui sont ivres
Au son des vivas, des sambas, des musiques
Nos jeux épousent un rythme, cadence frénétique

Tout le monde est en transes pris dans ce delirium
Et nos deux corps qui dansent sont de femme et d’homme
Le grand défoulement dans la fête folie
Quand les corps et les langues là enfin s’y délient.

Sur les chars les hanches des femmes dénudées
Invitent à leur chance les hommes excités
Sur le lit se déhanche l’amante extasiée
Chevauchant son amant comme son cavalier.

Au son bien syncopé des tambours qui résonnent
Avancent les cohortes de danseurs qui se donnent
Et les gémissements dans la chambre s’estompent
Tandis que les amants épuisés s’y s’endorment.

Le bruit du carnaval s’éloigne un peu plus loin
Le calme doucement reviendra dans ce coin
Sur la couche reposent les deux adolescents
Qui ce jour ont connu des jeux incandescents.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com