tenirlamain

Sur le lit

Assis auprès du lit, et te tenant la main
Je guette attentif le souffle qui revient
Le moindre battement de tes cils qui reposent
Sur tes yeux bien fermés et tes paupières closes.

Assis près de ce lit où je guette tes plaintes
Elles me semblent bien loin nos si tendres étreintes
Au soir de nos deux vies pourtant je ne regrette
De nos cœurs et nos corps aucune de nos fêtes.

Assis tout contre le lit où tu gis si paisible
Je te vois ma compagne à présent si fragile
Malgré cette inconscience où tu te trouves prise
C’est toujours de toi seule dont mon âme est éprise.

Assis lors sur ce lit, je caresse ta joue
Ce contact malgré l’âge est resté chaud et doux
Comme doux est l’amour que j’ai toujours pour toi
Je t’en prie mon amour ne m’abandonne pas.

Couché sur ce grand lit, allongé près de toi
Je veux t’accompagner jusque dans ton trépas
Je suis sûr de bientôt franchir aussi ce pas
Je ne puis supporter d’être seul sous ce toit.

Pierre-Jean BOUTET
Cambredaze.canalblog.com