Pitié
Prenez pitié de moi, je suis à bout de terre
Regardez mon état il est à faire peur
Ma peau est crevassée de toutes vos entailles
Vous êtes allés chercher au cœur de mes entrailles

Pitié
Ayez un peu de cœur voyez mes océans
On ne peut s'y baigner, sont pollués céans
Mes mers sont encombrées de vos déchets flottants
Quand vous y déversez tous objets encombrants.

Pitié
Soyez plus magnanimes, sentez l'air et mes vents
Ils charrient vos humeurs cela bien plus qu'avant
Mes courants aériens portent vos puanteurs
Il n'est plus de recoin sans toutes ces senteurs.

Pitié
Comprenez ma détresse la vie est en péril
Car les biotopes niches où elle s'épanouit
Disparaissent aujourd'hui chaque jour, chaque nuit
Les réparer si vite maintenant je ne puis.

Pitié
Soyez un peu conscients que le mal que vous faites
C'est sommes toutes vous que lors vous condamnez
Vous êtes un élément de la diversité
A la détruire ainsi, bientôt votre défaite.

Pitié
Vous me faites pitié dans votre comportement
Mais je n'ai d'indulgence pour votre aveuglement
J'entrevois à présent peut être une autre histoire
Dans l'accord qui est signé, je vois un faible espoir.

Pitié
Ayez pitié de vous, de votre descendance
Ouvrez donc les chemins pour que demain l'enfance
Trouve belle la nature si vous la préservez
Il ne tient plus qu'à vous de vous y engagez.

Pierre BOUTET

Tous droits réservés