Dans le blizzard qui souffle sans pitié sur ces plaines
On distingue parfois des cortèges de Rennes
Apparaissent aussi quelques pauvres traîneaux
Des hommes ou des rennes on ne voit que les peaux.

Ils sont en transhumance dans le Yamal Arctique
où toundra et tourbières sont les seuls paysages
Ce sont de fiers nomades et ils se montrent sages
Observant scrupuleux ses rythmes et sa musique.

Ils ont la Sibérie comme seule maîtresse
Derrière eux peu de traces, rarement ils en laissent
Leurs tchoums qui se démontent faites de bois et de cuirs
Sont les solides demeures où ils peuvent accueillir.

Les seuls bruits qu'on entend dans la pleine nature
Les crissements des patins dessus la neige dure
Les aboiements des chiens lors des haltes de veille
Les appels des Nenets pour planter leur khorei.

Le renne est leur totem et leur gage de survie
De tout ce qu'il est fait, ils tirent bons usages
Que ce soit pour manger ou faire des tressages
Le renne en toutes choses est le cœur de leur vie.

Ils s'appellent Nenets et ils sont menacés
Par tous les changements que connaît le climat
Aussi par les visées de grands groupes miniers
qu'attire l'énergie stockée sous la toundra.

Sauront ils s'adapter la question est pendante
Hélas tout joue contre eux tant du renne ils dépendent
Demain restera-t-il pour eux quelques espaces
Comment donc résister à toutes ces menaces ?

Pierre BOUTET

Tous droits réservés