05 mai 2018

Les violons se sont tus

  Les violons se sont tus Les violons se sont tus, les roses sont fanées  Les lustres sont éteints, l'orchestre ne joue plus  Et la salle de bal ne brille plus non plus De ces mille éclats, qu'on ne voit plus jamais. Me direz vous pourquoi, dans vos yeux est absente Cette petite flamme, que j'y voyais toujours Qui donnait à vos traits, cet air d'avoir toujours Sur la vie et les choses, le regard de l'amour. Me direz vous pourquoi, vos lèvres sont serrées Ou est donc le sourire, qui souvent y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2018

Les fils multicolores.

  Les fils multicolores Je tisse des pensées de fils multicolores Dont je fais de longs châles, qui flottent dans le vent J'abandonne des cailloux de mes sens indolores Sur les routes qui sèment des parcours indolents Je jette mes soucis dans des eaux plus profondes Que les fosses abyssales des mémoires fécondes Je livre des charrettes d'émotions ligotées  Aux oreilles distraites, de foules fagotées. Je rêve sur des écailles de crocodiles jaunes Je navigue en fréquences de vibrations sauvages Je n'ai pas à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Ombrelle et balancelle.

Ombrelle et balancelle. Ombrelle et balancelle, que de mots désuets  Ma mémoire chancelle, quand je veux en user De même ritournelle, est un air du passé  Celui des demoiselles, aux rubans bien noués. Où sont ces chansonnettes, qu’avant on fredonnait Où sont donc ces bluettes, qui faisaient frissonner ? Demain la nostalgie aura d’autres visages Peut être un peu plus neufs, et sans doute moins sages. Pour ma part c’est le charme, de ces moments lointains Qui toujours me désarment, en couleurs de satin Les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Nos univers palpables.

  Nos univers palpables. Qui n’a déjà chanté, le bleu de l’océan Et l’envie que l’on a de se noyer dedans Qui n’aura célébré, la profondeur des cieux Et l’attrait qu’elle exerce sur nos esprits curieux ? Des images toujours, encore des images Pour nous faire rêver à bien d’autres messages Images pour séduire ou images effrayantes Qui nous laissent entrevoir des choses passionnantes. C’est d’abord dans nos têtes qu’elles vont faire écho  Ce n’est pas tant nos yeux, qu’elles vont impressionner  C’est par... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Tout ce poids.

Tout ce poids. Tout au cœur de nos songes, y résident cachés  Tous ces sacrés mensonges, qu’on ne peut avouer Lorsqu’ils se manifestent, au profond de nos nuits Il n’y a bien que nous, qui entendons leur bruit. Ces ombres sur nos vies, qui étendent un voile Qui obscurcit nos ciels, et cache nos étoiles  Qui étouffent souvent et bien à notre insu  Nos espoirs de bonheur, qui sont par trop déçus. Tout au fond sont nos peurs, refoulées pour survivre Qui étreignent nos cœurs, et nous rendent peu libres Tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Épitaphe

  Épitaphe. Quand rugiront les vents sur les villes désertes  Sur les routes engorgées de carcasses rouillées  Quand tout redeviendra très lentement poussières  Qu’il ne restera rien, de toutes nos lumières  Qu’un soleil vieillissant, rougeoiera dans les cieux Que tout sera enfoui, de nos rêves de dieux Qu’il n’y aura de vie, sur notre pauvre terre Que quelques bactéries, et des milliards de vers, Quand plus aucun témoin, de tout ce que nous fûmes  A part quelques vestiges, que personne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2018

Farfadet

Farfadet. Parmi mille enfants, il est des farfadets Qui sont comme des anges, parmi nous projetés  Ils ont sur leurs visages, et leur corps cette grâce  Qui n’appartient qu’à eux, et dont on ne se lasse. D’un heureux caractère, ils séduisent sans fards Tous ceux qui les regardent, ce n’est pas par hasard Qu’ils ont ce beau sourire, et ces yeux pleins de flamme Et ce babil joyeux, pour lesquels on se pâme. La vie semble pour eux, n’être en fait qu’un grand jeu Dans lequel l’essentiel, est d’y être heureux ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Fronts de mer

  Fronts de mer. Qu’est-ce qu’un bord de mer sinon une frontière  Entre deux éléments aux destinées contraires Que ce lieu de bataille et de confrontation Depuis l’aube des temps, entre deux grands champions. D’ailleurs ne dit-on pas, en parlant de ce lieu Qu’il s’agit bien d’un front, où se battent des dieux Là où Poseidon, la crinière farouche Porte son estocade à la terre qu’il touche ? Cette terre si chère à Vulcain et à Pan Qui n’entendent en rien, lui céder quelques pans. Combien sont différentes,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

Éternel combat

  Éternel combat L’onde paresseuse, juste un friselis Vient mourir sur la roche en un doux clapotis Et sous l’eau cristalline,sont ballotées des algues En ballet silencieux, là au rythme des vagues. Au fil des millénaires la roche s’est sculptée  Elle est la plus fragile du dialogue singulier Entre l’eau qui la bat et elle qui lui cède  Sous ces coups redoublés, un soupçon d’elle même. Ce jour est bien trompeur dans toute sa douceur  Dans les temps de tempêtes la vague a plus de coeur Et la pierre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2018

La salle d’attente

  La salle d’attente. En attendant mon tour, dans la salle d’attente Il n’y a là autour, vraiment rien qui me tente Je suis bien silencieux, attitude prudente Je n’ai au fond des yeux, nulle flamme ardente. Voilà l’étrange lieu, où se groupent inquiets Venus de toutes parts, des gens là aux aguets Quand tous espèrent un peu, que ce n’est pas grave Que le bon médecin, dira ce qui soulage. Serait-on dans un temple attendant le verdict Du prêtre, de l’Oracle, et de ce qu’il prédit  Tout est d’un blanc nickel,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]