31 juillet 2018

Envahisseuse.

  Envahisseuse. Elle s’invite toujours quand on ne l’attendait Mais on l’entend très fort à la porte frapper Alors elle envahit sans rien nous demander Ce logis qui est à nous pour bien s’y installer. On en est tout d’abord tout à fait stupéfait  Se disant mais enfin qu’est-ce donc que j’ai fait ? Pour mériter ce sort et la voir s’imposer Puis on fait des efforts pour s’en débarrasser. Mais la garce est coriace et sait nous rappeler Que l’on est vulnérable, malgré tous nos grands airs Elle frappe là où on... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2018

Tant de portes

Tant de portes. Avec la poésie on ouvre tant de portes Toutes si différentes chacune nous apporte Comme un nouveau regard qu’on peut glisser alors  La poésie nous aide à regarder dehors. Nous sommes prisonniers de tant et tant de normes Enfermés dans des codes, protégés du difforme Le langage lui même malgré ses multiformes Seule la poésie peut dépasser les formes. Elle est plus qu’une langue et ne contraint les mots Elle revêt parfois des poils comme un pinceau Ou bien comme un archet, elle émet des notes Qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Écrire ? Mais pourquoi ?

  Écrire ? Mais pourquoi ? Mais pourquoi donc écrire si ça ne sert à rien Quelques mots sur la page qui ne changeront rien Qui sait si le hasard qui fait les choses bien Aura la facétie de retenir les miens ? Encore faudrait-il que ça serve d’écrire  La poésie n’est qu’une de nos façons de vivre Elle n’a pas vocation à dicter l’avenir Sauf dans ce qu’elle donne, parfois, à ressentir. La parole est multiple, elle tient ses propos C’est façon de parler que d’inscrire des mots Qui ne vont s’envoler, s’ils sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Sans fin

Sans fin. Combien ce monde compte-t-il de poètes  De peintres attachés à coucher sur la toile De musiciens rêvant de jouer les étoiles  D’artistes investis pour égayer nos fêtes ? Miracle ils n’ont tout dit, tout joué, tout écrit  Il y a encore la place pour y pousser son cri Des notes et des mots, des pinceaux, des couleurs Pour exprimer les choses tout au fond de son coeur Pour ma part Dans ces arts Le regard Est à part. Combien y trouve-t-on dans les bibliothèques De romans, de recueils, de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Pas même une seconde.

  Pas même une seconde. J’ai perçu dans ton coeur la subtile fêlure  Que le doute insinue comme une vraie blessure Quand tu crois que j’ai pu connaître une aventure A notre roman d’amour faire quelque rature. Je puis poser mes yeux sur bien d’autres beautés  Sans pour cela trahir la seule vérité  Car tu es bien la seule de toute éternité  Pour laquelle il bat mon coeur et tout entier. Que ton regard se trouble de larmes retenues Pour des serments tu crois que je n’aurais tenus Sais-tu que je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Beignes.

  Beignes. J’aime cette saison où les feuillages saignent Où l’on va dans les bois pour cueillir les châtaignes Où de douces lueurs la nature imprègnent  Où les pieds font flic-floc, dans les flaques où ils baignent. De l’été envolées les chaleurs qui y règnent  Les jours ont raccourci et pour peu que l’on daigne On y voit des couchants où rose, orange geignent Sur des brumes lissées comme sous un coup de peigne. Les feuilles bientôt mortes en sont la vraie enseigne La nostalgie aussi qui souvent là y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

Allez les BLeus !

  Allez les Bleus. Mais comment résister à la vague de fond Qui balaye et emporte toute hésitation Serait-on même ou bien sourd ou aveugle Qu’on n’échapperait pas à cette joie du peuple, Qu’il s’agisse de joie ou de soulagement Ou même de surprise c’est un vrai grand moment Comment se fait-il donc, qu’il faille ces instants Pour souder tous ensemble toutes sortes de gens ? Ceux qui n’ont jamais vu un si grand jour de liesse S’étonnent brièvement de cette allégresse  Vite ils sont emportés au cœur de cette... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Empreintes.

  Empreintes. Mais quel courant les porte ces mots qui viennent à moi Quelle énergie les roule jusqu’au bout de mes doigts ? Étaient-ils là dans l’air pour que je les attrape Comme sont des raisins qui pendent dans les grappes ? Mais de quelle prison les aurai-je sortis J’espère en tout cas, pas de leur paradis Car je ne sais au vrai s’ils aiment être posés Sur une page blanche ou s’ils aiment voler. Je préfère penser qu’ils n’y laissent que trace Qu’une empreinte volée, repartent dans l’espace Qu’ils ne font... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Fragile.

  Fragile. Une goutte s’accroche comme une perle rare Suspendue à la roche quand plus bas tu t’écrases Dans la vie tu n’es rien en perspective rase Et de gouttes hélas elle n’est pas avare, Es-tu souffle ou brise, mais où donc tu te brises Les miroirs où tu frises, attention ils te grisent L’illusion est tenace et l’image fragile Lorsque toute menace est pourtant inutile. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2018

Épuisé.

Épuisé  Mets toi un peu en pause dans l’espace oublié  Tandis que je repose dans tes larmes mouillées  Il nous faut décoller de ce monde absurde D’où toutes les folies sourdent et exsudent Je suis le mot qu’on dit et non celui qu’on tait. Qu’attends-tu de la voix d’une terre qui gronde Ton mouchoir est usé des larmes qui l’inondent Le temps s’est épuisé dans ses derniers arpèges  Les espoirs dissipés que la vie désagrège  Je suis le mot qu’on place en tous cas à la fin. Pierre-Jean BOUTET ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]