03 mars 2019

C’est à se demander.

C’est à se demander...   Le soleil est partout, chaque cristal de neige En renvoie les rayons puis il se désagrège  Ils foisonnent à milliards sur la piste ouverte Où nos raquettes glissent et où nos pas se perdent   Par un hiver trop doux sous des cieux bleu azur On marche peu couverts, vue la température On goûte ce plaisir de voir cette nature Comme elle était avant que l’homme s’y aventure.   Ces rochers, ces forêts de sapins tourmentés  Courbés, tordus, pliés par des vents sans pitié  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

La peur du vide.

  La peur du vide.   Quelque chose est brisé mais je ne sais pas quoi Elle a disparu je ne sais pas pourquoi Elle était toujours là, elle était en moi Et je ne sens plus rien vibrer au fond de moi.   Quelque chose s’est éteint qui vivait quelque part Qui était bien tapie, une partie de moi Mais la voilà partie, est-ce bien un hasard C’est hélas comme ça, je ne sais pas pourquoi.   S’est-elle assoupie fatiguée d’agiter En moi ces remuements dont je suis traversé  Ou bien est-elle morte ou au... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

D’ou Je viens

  d’où je viens A ce défi c’est sûr, de répondre j’y tiens Vous saurez tout de moi, et bien sûr d’où je viens. J’ai cette grande chance que d’avoir des racines De savoir grâce à elle pourquoi tant je m’incline Vers ces valeurs humaines pour qui se sont battues Bien des générations à présent disparues. Ma grande sœur a pu dresser ce si bel arbre Ma généalogie est gravée dans le marbre Faite de gens du peuple issus d’Occitanie Et de métiers utiles, pas d’aristocratie. Lentement mes ancêtres ont bien su... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Au coin des rues

Au coin des rues. Elle m’était apparue sous un beau clair de lune Quand j’étais en tournée un soir à Pampelune Je ne me doutais point alors que c’était l’une De celles qui suivirent, j’ai oublié chacune. Étrange apparition des soirs de beuverie Ou bien douce illusion donnée aux cœurs meurtris Tendre consolation de Rome à Paris Tous les corps sont fleuris, lorsqu’ils sont ainsi pris. Qu’ont-elles retenu de cet homme grivois Qui ne sait ce qu’il dit lorsque bien trop il boit Ont-elles deviné ce que moi seul y voit Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Pas de sitôt.

Pas de sitôt. Ce n’est pas de sitôt que je rendrai ma plume Pas même mon stylo, mon crayon, mon calame Cela sera très tard, sachez que je l’assume Tant que s’épancheront et mon coeur et mon âme. Ne vous attendez pas à ce que je renonce Étonnez-vous un jour si j’en faisais l’annonce Tant qu’il me restera quelque souffle de vie De toutes mes fibres j’écrirai mes envies, Mes envies de meilleur, mes désirs de raison Mes espoirs de bonheur, mes humeurs de saison Mes attentes patientes, mes rages, mes colères  Mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Sur les quais.

Sur les quais. Je erre sur les quais d’un port imaginaire Qui vit là tout au bord de mes mers intérieures  Je me permets d’y prendre parfois une galère  Ou à d’autres moments une barque légère, Pour m’en aller voguer par delà l’horizon Vers des îles lointaines aux senteurs de coco Ou pour y caboter sans aucune raison Sinon de me noyer dans leurs profondes eaux. Quand d’autres ont des jardins pour garder leurs secrets J’ai moi des océans où noyer mes regrets Quand beaucoup y cultivent leurs souvenirs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Palette.

Palette Le ciel en était rouge, et des ombres violettes Jouaient sous les nuages, le fameux rayon vert Allait jaillir un jour à l'horizon, je guette A l'affût du soleil dont je vois qu'il se perd. Le jaune des genêts pâlit sur les coteaux Le ciel autrefois bleu, vire au noir profond Quand vient le crépuscule, tout au fond se confond Les couleurs et les formes disparaissent bientôt. Alors on voit briller sur la voûte étoilée  Par myriades ordonnées, tant de lumières blanches La lune apparaît beau disque argenté ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Trop tard.

Trop tard. Comme vient la rosée au petit matin blême  En perles déposées sur le moindre brin d’herbe Tu venais enrichir du plus beau de tes verbes Mes poèmes écrits pour dire que je t’aime Comme le papillon fait sur le chrysanthème  Sa danse affolée pour pomper son nectar Tu savais me montrer ton plus bel avatar Pour porter la lumière au cœur de mes poèmes. Mais hélas tu n’es plus qu’une ombre sur la pierre Toi qui fus dans ma vie ce rayon de soleil Voilà que tu n’es plus, en dépit des prières Que je fais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Le geste parfait.

Le geste parfait De tous temps l'artisan a peaufiné ses gestes Cherchant la perfection afin d'être plus preste Que sa main dans l'action soit de plus en plus leste C'est là son objectif si important du reste. Regardez le potier, ce qui sort de ses mains De la boule d'argile naît un vase aérien  Le bijoutier parvient à faire d'un caillou Un vrai feu d'artifice et on tombe à genoux. De la planche ordinaire, le menuisier fera Un meuble pour des siècles qui accompagnera Des générations et pour elles il sera Un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

La peur de l’inconnu.

  La peur de l’inconnu. Sur la plage trop blême  Git l’émotion lointaine Aux champs des souvenirs Mes regrets vont s’offrir Fanées les chrysanthèmes  Devant les anathèmes,  S’impose l’évidence, il me faut repartir Douloureuse conscience qui ne veut pas mourir Sur les rochers de brume Vient de briser l’écume  Aux ondes trop salées  Mes espoirs sont noyés Pleurent en pluies amères Illusions éphémères, Résonnent les sirènes, il me faudra souffrir La faute est souveraine, si elle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]