02 juin 2018

Plein les fouilles.

  Plein les fouilles ! Dans mon petit village il y a de grands trous Creusés parmi les près mais c’est pas par des fous Par des professionnels amateurs de vestiges Qui remontent à des temps qui donnent le vertige. Nous on ne voit grand chose dans ces saignées de terre Eux savent interpréter tout ce qu’ils voient par terre Un morceau de charbon ça veut dire du feu Et des maisons étaient dont restent trous de pieux. On croit voir un chantier mais ce sont bien des fouilles Des personnes penchées en tous points y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2018

Un rictus sur sa face

  Un rictus sur sa face. Parfois je me demande si je puis être gai Et par gai plus joyeux qu’un pinson je veux dire Je devrai me pincer, moi pour vous faire rire Dans l’humour je patauge, à grands coups de pagaie. Depuis quand n’ai je pu, moi rire jusqu’aux larmes C’est vous dire que sonne un peu comme une alarme Cette peur qui m’étreint, quand je pense à la vie La flamme qui s’éteint, celle de mes envies. Pourtant je me souviens de franches rigolades Celles qui me prenaient avec les camarades Quand la vie... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

Au début, un gravier...

Au début un gravier... Un tout petit gravier au début de sa course Qui roule sur la pente sans qu’on y prenne garde En chemin le voilà qu’il grossit comme bourse Qu’il devient un caillou que déjà on regarde Il poursuit entraîné cette dégringolade Plus vite et plus gros à chaque tour qu’il fait Il ressemble alors à un très gros rocher Et hors de tout contrôle le voilà qui s’évade. Qui donc va l’arrêter ce monstre qui dévale  Qui s’en va écraser tout, tout sur son passage L’arrêter au début aurait été plus sage La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Comme un trait.

Comme un trait. Simple, comme un trait de crayon sur une page blanche Directe, telle la flèche tirée qui va droit vers son but Claire, autant que tes yeux quand ton corps se déhanche  Intègre, quand pour toi de la vie, ce n’est que le début. Vis, sans arrière pensée les plaisirs où tu penches Jouis, sans jamais regretter des meilleurs attributs Reçois , sans barrières imposées ce que tes sens déclenchent  Oublie, sans même hésiter tous remords au rebut. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Un autre monde.

Un autre monde Tu entends boulot, tu vas donc en forêt  Tu entends tous en grève, tu vas y récolter Dans le coeur des bouleaux la sève convoitée  On te dit au travail, toi tu vas t’éclater. On dit mort aux patrons, toi les troncs tu les aimes On les dit exploiteurs, toi tu cueilles et tu sèmes  Métro, boulot, dodo, toi tu te lèves à l’aube Une vie monotone, toi de tout tu t’étonnes. On te parle d’un monde,  qui n’est pas dans ta ronde On te cause conflit,  toi t’en as pas ici. Tu entends... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Sauvageonne.

  Sauvageonne. Toi mon unique sauvageonne, effrayée de tous les regards Tu te révèles bien friponne lorsque s’installe enfin le soir Tu joues habiles de tes gammes, sur nos deux corps quand ils sont nus Tu y réveilles de ces flammes qui vivent en terres inconnues. Toi ma petite femme garçonne, née d’improbables heureux hasards Tu joues alors les polissonnes et tes gestes sont bien bavards Au point que mon coeur souvent se pâme d’une façon inattendue Que je rejoins alors ton âme, qui peut-être s’était perdue. Toi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2018

Bras-dessus, bras-dessous.

  DUO de plumes   Bras-dessus, bras-dessous.   On rêve de ce temps, de ces amours naïves  Dont hélas le présent bien trop souvent nous prive On rêve aux amants promenant sur la rive Qui vont en devisant et leur amour ravivent. Alors je m'imagine au bras de ce galant,Aux lèvres le sourire et les cheveux au vent,Chapeau enrubanné qui protège mon teint,Du soleil vigoureux, qui dans nos cœurs déteint.   Bras dessus, bras dessous, entre deux confidences Nous rions comme fous, en rêvant à nos danses ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Où sont donc ?

Où sont donc...? Je n’ai plus de mouchoir  Pour te sécher tes larmes Où sont donc ces miroirs Que la beauté désarme  Je n’ai plus de couteau Pour couper un bouquet Où sont donc les ciseaux Pour les robes tailler ? Je n’ai plus de pipeau Pour te conter fleurette Où sont les trémolos  Au fond de nos luettes ? Je n’ai plus le tempo Qu’on avait il y a longtemps  Où sont passés les bals Des samedis d’antan ? Je n’ai plus de moto Pour t’emporter au loin Où sont donc les chemins Qu’on suivait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Nous ne voulons le voir.

Nous ne voulons le voir. À ces cris arrachés, les consciences muettes À ces corps décharnés que seule la mort guette Se diront révoltées, mais toujours impuissantes Quand le malheur est loin, l’âme est chancelante. Mais si c’est son voisin qui se trouve frappé  Les consciences inquiètes vont se manifester  Leur instinct de survie est soudain réveillé  Des actions tout de suite, elles vont réclamer. Aujourd’hui le voisin est sur notre planète  C’est chacun des humains qui vont mourir ou naître  ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

Vous avez dit, démocratie ?

Vous avez dit démocratie ? Qui osera un jour rire de nos régimes  D’une démocratie qui a le rêve en prime Qui osera clamer qu’on est tous des gogos Pris au sein de ce piège, que sont tous nos egos ? On se dit citoyens on se croit des gens bien Pouvons-nous décider de nos voies et moyens ? Quand on a délégué à d’autres la parole  Que nous reste-t-il, quel est donc notre rôle ? Ceux qui sont aux commandes de fait en notre nom Font bien ce qui leur semble utile à leur renom Pourquoi nous consulter, ne l’ont-ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]