Du certain.
Du solide, du certain, du sûr, du constant
A quoi chacun de nous aspire tout le temps
On les aime bien trop toutes nos habitudes
On voudrait s’appuyer sur des certitudes.
Pour la plupart des gens c’est bien dans leur nature
Très peu quoiqu’on en dise apprécient l’aventure
On rêve de lendemains qui nous enchantent
Las tout en sachant, que souvent on déchante.
S’en remettre au hasard, et ne rien calculer
La raison de beaucoup pourrait bien basculer
On recompte bien, pour savoir si ça passe
Mais on se trouve parfois dans une impasse.
Les yeux toujours tournés vers le jour là qui vient
Pas le temps de goûter au présent qui nous tient
Et même si l’on accède aux bonheurs de la vie
On le fait dans cette ombre, qui un peu la noircit.
Celui qui est tout seul a plus de liberté
Car ce n’est que son sort dont il pourra jouer
Celui trop couvert de responsabilités 
C’est la vie de bien d’autres qu’il sait engager.
Tous un peu prisonnier de la simple logique
Qui fait envisager chaque jour les possibles
Nous rêvons lors d’un monde plus prévisible
Où nous pourrions cesser cette lourde pratique.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com