Esquisse.
Quoique je fasse, quoique je dise
Tu es là à me regarder
Et ce sourire que tu esquisses
Il faut rien que m’agacer,
Que j’ai la banane, le sourire
Ou que je pleure à en mourir
Tu ne dis mot, tu me regardes
Oui ton regard sur moi s’attarde,
Même si je danse, même si je crie
Toi toujours t’es là tu souris
Tu me regardes en chien de faïence
Je ne sais pas à quoi tu penses.
Parfois en galante compagnie
Je m’attends à ce que tu me renies
Mais ta réponse elle se glisse
Dans ce sourire que tu esquisses.
Quand je te parle, toi tu te tais
Où est donc passée ta faconde
Quand je te vois, t’es sans bouger
Tu es, j’oubliais, la Joconde.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com