Les choses familières.
Ces choses familières qu’on ne voient même plus
Mais où les yeux se posent quand on n’y pense plus
Si chargées d’habitudes et témoins de nos vies
Gorgées des certitudes, sinon de nos envies
Ces choses autour de nous, disposées sur les murs
Ou posées sur les meubles, qui sont là et qui durent
Ces objets de partout, souvent hétéroclites 
Qui sont parties de nous, de ce temps qui nous quitte.
Ces choses qui ne comptent, que par nos souvenirs
Qui parlent de moments que l’on voudrait revivre
Ces jalons dispersés de nos parcours bohème 
Ces traces que l’on garde sur tant et tant de thèmes.
Ces choses qui sont là, qu’on aime on l’avoue
Comme parties visibles, de nos parts plus intimes
Ces objets dérisoires, ces choses si infimes
Et qui n’ont pour valeur, que leur écho pour nous.
Ces choses qu’on ne voient, comme on y tient beaucoup
Elles sont ces trésors, qui ne brillent après tout
Que par ces beaux éclats, semés derrière nous
Que personne ne voient, qui ne parlent qu’à nous.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com