Facétieuses 
Posées là lettres noires, sur la surface blanche
Comme on voit les oiseaux, silhouettes sur branches,
Vont elles s’envoler, dans ce souffle qu’exhale
L’idée qu’elles attendent, telle est saisie la balle ?
Ce ne sont que signaux, inertes sans ce sens
Que leur donne l’élan, qui en sera l’essence,
La flamme inépuisable de cette inspiration
Qui mettra de la vie, là où étaient des pions.
Pourquoi cet ordre là, cette combinaison
Il y avait tant de choix, serait ce enfin le bon ?
Il y a de la malice, dans ce jeu qu’elles jouent
Certes on les croit lisses, elles ne le sont du tout.
C’est qu’elles font des mots, que ces mots font des phrases
Qui forment des propos, parfois avec emphase
C’est qu’elles se rassemblent, en cortèges serrés 
Pour danser sur la page, un nouveau menuet.
En suis-je homme orchestre, ou apprenti sorcier
Tirai-je leurs ficelles, ou suis-je marionnette ?
Elles gardent leurs secrets qu’elles n’iront livrer
Qu’à celui qui saura, s’en faire un peu aimer.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com