Malheur !
Un jour il a frappé par surprise à la porte
Dans un foyer tranquille il a fait irruption
On ne se doutait pas des douleurs qu’il apporte
Longtemps on gardera toutes ses illusions.
Il a toujours plané sur des vies innocentes
Qui hélas l’ont connu dès qu’elles furent naissantes
Il s’y est acharné sans aucune raison
Que celle du hasard qui ne fait rémission.
Bien tristes sont ses jeux, il se montre fantasque
Sans aucune morale il choisit ses victimes
On ne sait les critères, quels sont ceux qui l’animent
Il reste un mystère dont sont rudes les frasques.
Il adore les cris, se baigne dans les larmes
Il aime à entendre sonner fort les alarmes
Rien ne le fait fléchir et rien ne le désarme 
Il demeure l’épée qui pèse sur nos âmes.
On ne peut s’en cacher, bien il vous trouvera
Si vous êtes son choix, si vous êtes sa proie
Alors goûtez plus fort sans tarder un instant
Le présent où il n’est, en vous en réjouissant.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com