Rêves de montagnes
 
Certains rêvent d'aller jusqu'aux lointaines étoiles 
En croyant tout connaître du monde où ils sont nés 
Savent-ils de la terre tous ces endroits secrets
Vers lesquels ils pourraient mettre aussi les voiles ?
 
Il en est sur lesquels on prétend tout savoir
Que l'on a simplement effleurés sans les voir
Ainsi sont les montagnes, présences familières 
Qui ne livrent pourtant qu'à bien peu leurs mystères.
 
Combien elles sont multiples, elles ont de facettes
Depuis le bas des pentes jusqu'aux sommets et crêtes 
Tant d'univers aussi de près et de forêts
Ou dépouillés et nus, de glaces et de rochers.
 
On ne parvient en haut qu'après bien des efforts
Le temps de méditer, d'ignorer son confort
Le temps d'humilité si l'on se croyait fort
D'accepter et comprendre quel peut être son sort.
 
On n'y voit pas le monde de la même façon 
Lorsque l'on est là -haut, que lorsqu'on est au fond
Dans ces lieux éthérés sur les plus hauts sommets 
On touche à l'essentiel, à la pure beauté.
 
On est saisi aussi de ce très grand respect
Pour toute la nature malgré sa cruauté 
Au dessus des nuages, bien plus près du soleil
On en perçoit bien mieux toutes les merveilles.
 
Et lorsqu'on en descend on garde au fond de soi
Le sentiment subtil d'avoir touché du doigt
Un des plus grands mystères qu'est celui de la foi
Pourquoi sur les sommets il y a autant de croix.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com