08 juillet 2017

Au pays des mirages

  Au pays des mirages Un jour que je m'étais assoupi sous un chêne  La tête reposée sur un tapis de mousses J'entrepris un voyage à mon insu, en douce Dont quelques souvenirs me reviennent à peine. Me voila bien assis sur un tapis volant Qui glisse dans les airs sans effort apparent Avec à mes côtés un djinn très imposant Dont les traits sont sévères et le sabre effrayant Quand il me dit mon prince je vous l'ai retrouvée  La fille du bédouin que partout vous cherchez Je remarque alors que je suis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2017

Balloté

Balloté Quand doucement porté par l'énergie du flot Quand un peu balloté en gardant les yeux clos Qu'on est ainsi bercé lentement sans un mot Étendu simplement en surface de l'eau, Même les yeux ouverts on y trouve repos Avec ce lâcher-prise on oublie tous ses maux Ramené en ces temps où on vivait dans l'eau Dans cette eau primitive d'où viennent les marmots. Tout le corps détendu les pieds et bras ballants La tête reposée sur un coussin gonflant On laisse dériver ses pensées dans le temps On devient plus léger qu'un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2017

Grapillage

Grappillage Ces enfants qui réclament leur grand père à grands cris Quand la page exige tout autant mes écrits  Comment me partager entre ces deux désirs  Quand suis écartelé entre deux grands plaisirs ? D'un côté c'est la grâce, la tendresse et la vie Exprimées par deux êtres, jouets de leurs envies Quand de l'autre impatience que de se voir griffée  Pour voir naître des images à vous ébouriffer. Vous aurez deviné où va mon arbitrage Bien sûr vers les enfants afin qu'ils restent sages Si cela est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2017

Antidote

Antidote C'est à flots continus qu'elle submerge tout Dans l'écume de sang qu'elle répand partout Le monde est rempli à foison de souffrance Par cette sombre chose qu'on appelle violence. Comment ne s'étonner de sa folle puissance  Alimentée on sait par notre décadence  Lorsqu'on ne se bat plus que pour des différences La denrée la plus rare est bien la confiance. Qui n'en est pas victime ? La subir, l'éprouver  Dans les deux cas c'est sûr qu'elle va s'y retrouver Elle amorce des cycles qui n'ont jamais... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]