Balloté
Quand doucement porté par l'énergie du flot
Quand un peu balloté en gardant les yeux clos
Qu'on est ainsi bercé lentement sans un mot
Étendu simplement en surface de l'eau,
Même les yeux ouverts on y trouve repos
Avec ce lâcher-prise on oublie tous ses maux
Ramené en ces temps où on vivait dans l'eau
Dans cette eau primitive d'où viennent les marmots.
Tout le corps détendu les pieds et bras ballants
La tête reposée sur un coussin gonflant
On laisse dériver ses pensées dans le temps
On devient plus léger qu'un flocon dans le vent.
Parfois même on s'endort de façon très fugace
Il suffit d'un remous, d'une goutte qui glace
Pour revenir à soi et à ce temps présent 
Que l'on arrive à fuir sur ce coucher mouvant.
J'aime bien me laisser balloter par les vagues
Dans une jolie crique un lieu où je m'évade
Dans une parenthèse oublieuse d'un temps
Qui exige de vous d'être omniprésent.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com