cloches

Quand sonnera le glas

Quand sonnera le glas de toutes espérances
Quand la douceur des jours aura pris un gout rance
Quand ce sera trop tard pour avoir des regrets
Quand on ne sera sûr qu’il y ait un après

Les larmes couleront amères et acides
Plus personne n’aura alors cet air placide
De ceux qui se disaient et puis on verra bien
En jetant l’avenir comme un os aux chiens.

Quand tout sera changé qu’il n’y aura de retour
Quand on n’aura de choix que dire qu’on est pour
Quand on n’entendra plus que la voix de son maître
Quand seront tous conquis tous les enfants à naître

Les remords rongeront les consciences coupables
De tous ceux qui n’ont su être assez raisonnables
Pour comprendre à temps ce danger de bascule
Dans une société dont les valeurs reculent.

Quand on vivra reclus à l’abri de hauts murs
Quand on aura jeté l’étranger en pâture
Quand il n’y aura de mœurs jugées contre nature
Quand on devra prouver que l’on est de sang pur,

La peur sera le lot de tous et de chacun
Il n’y aura de place pour moi ni pour aucun
De ceux qui voudront croire aux libertés
De dire et d’écrire librement leurs pensées.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com