22 avril 2017

Au coeur des choses

Au cœur des choses Il y dans toutes choses bien plus qu'on ne le pense Dans le parfum des roses bien des réminiscences Au cœur de toutes choses il y a bien plus de choses Que tout mortel qui ose pourtant ne le suppose. Dans une poussière des milliards d'atomes La bibliothèque n'a pas tant de tomes Dans une goutte d'eau miroitent des reflets Plus riches et variés qu'une lampe ne fait. Et dans un cœur qui bat y a des remous bien plus Que n'en fait sur la mer la houle et ses reflux, Dans un amour profond se niche quelque doute... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

A tue-tête

À tue-tête Oh ombres qui planez au-dessus de nos têtes Envolez-vous très loin laissez-nous à nos fêtes Nous voulons oublier les horreurs du passé Sans jamais pardonner pour ce qu'ils nous ont fait. Dissipez-vous bien vite laissez place à des jours Qui enfin souriront, pour que vive l'amour Enterrons bien ces peurs qui nourrissaient hier La moindre de nos heures quelles que soient nos prières. Ces voiles bien trop lourds qui consumaient l'espoir Jetons les aux orties tous ces décors en noir Libérons nos poitrines aussi de ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Pointillés

Pointillés Histoire en pointillés ou bien en dents de scie Épisodes isolés séparés dans la vie Pas de continuité ni de fidélité Petits cailloux semés au gré des ans passés Il en est de ces vies passées à butiner Où rien ne s'est construit tout a été brûlé De ces vies étrangères hors de buts affichés De ces vies passagères qu'on ne peut décoder. Trajectoires erratiques hors des sentiers battus Promenades de hasards qui n'ont été voulus Des coquilles de noix secouées par les flots Des vies dont il ne reste in fine que des... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Première

Première Tard dans l'après-midi je passerai vous voir Je vous apporterai je sais un peu d'espoir Pourquoi faut-il toujours que vous broyiez du noir Alors que devant vous s'ouvre un chemin de gloire ? Vous y arriverez-vous l'avez tant voulu Ayez confiance en vous, il est atteint le but Vous devrez à présent assumer ce beau rôle Et devant tous ces gens faut prendre la parole, Et vous jeter à l'eau pour dire tous ces mots Que vous avez forgés pour exprimer le beau Pour partager un peu des quelques vérités Qui vous sont apparues... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Nos espoirs et nos rêves

Nos espoirs et nos rêves Vous dirai-je mes peurs, mes espoirs ou mes rêves Où toutes ces questions que cette vie soulève ? Pourquoi vous confierai-je ce qui au fond de moi Me plonge en tourments, provoque mon émoi ? Si je ne suis qu'un homme au milieu de tant d'autres Je sais que mes pensées ressemblent un peu aux vôtres Que si nous constatons que nos espoirs convergent Peut être que la paix le monde enfin submerge. Quand partout sur la terre nous avons mêmes songes Que nos sorts sont liés, contraire est mensonge Que tous nous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Tourbillon

Tourbillon Sous l'empire du rêve la vie est une fête Hélas il n'y a de trêve elle n'est pas parfaite Quand elle nous enlève nos rêves qui s'entêtent Mais bon dieu que sa sève nous fait tourner la tête ! Sous le sceau de nos songes la vie est un mensonge La réalité ronge nos espoirs et nous plonge Nous sommes des éponges et la douleur nous ronge Mais Dieu qu'on la prolonge voilà à quoi l'on songe. Sous le flot des fantasmes, la vie est bien fantasque En dépit de ses miasmes, la voilà qu'on l'attaque On y connaît des spasmes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Tyrannique

Tyrannique Sous l'effet des douleurs quand la raison vacille Lourd le prix à payer de ce mal qui vous vrille Quand la moindre pensée se dilue dans le cours De ces mille tourments qui minent au jour le jour, Est-on encore humain replié sur son corps Aspirant au néant, aspirant à la mort ? Quand toute la conscience se résume au combat Qu'on livre à ces maux qui nous rendent si las. Qu'elles soient ces poignards qui vous percent les chairs Ou sensations diffuses qui ébranlent vos nerfs Les douleurs terroristes sont souvent les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Dur combat

C'était un dur combat Partout on y voyait à même la terre Des jonchées de cadavres, par pelletées entières Tout le sang répandu en imbibait les sols Et formait une boue qui vous collait aux grolles. Planait sur tout le champ cette odeur de mort Que connaissaient si bien les survivants d'alors Les rares rescapés des batailles d'avant Ceux qui avaient eu la chance de rester vivant. Déjà s'agglutinaient sur les chairs déchirées Des nuages de mouche par charognes attirées Quelques gémissements s'élevaient ça et là Les rares... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

"Ma" femme

"Ma" femme Comment pourrais-je même écrire sur la femme Les femmes sont multiples et ont tant de visages À généraliser on fait caricature Ou bien des lieux communs dont personne n'a cure. En revanche je puis courir certain risque D'écrire sur la femme qui vit à mes côtés Tant pis si elle rougit ou si elle bisque Je la connais assez pour être pardonné, Elle est la compagne ce depuis tant d'années Que je ne vous dirai car ne puis les compter Mais chaque jour qui passe est toujours grâce à elle Un moment de bonheur sur ma vie... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

le couloir

Le couloir Long était le couloir qui menait à sa chambre Petit garçon perdu dans la maison immense Noir était ce couloir en ces jours de décembre Beaucoup plus long et noir que ce que d'autres pensent. En ces temps d'autrefois la lumière était chiche Car l'électricité bien réservée aux riches Pour regagner le soir et tout seul sa chambrée Lors il fermait les yeux courait sans respirer Jusqu'à la grande porte qu'il lui fallait pousser Aussitôt refermée là il pouvait souffler Il n'en parlait jamais de peur d'être moqué De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]