ombretlumière

Ombre et lumière

A ceux que la lumière inonde de ses traits
Resteront inconnus la peur ou les regrets
A ceux que les ténèbres enveloppent tout le temps
Demeurent inconnus la joie et le printemps.

Entre ombre et lumière sont les humains pourtant
Attirés tour à tour par ces charmes différents
Ou plongés malgré eux ou un destin changeant
Dans l’acmé du bonheur ou bien dans les tourments.

Il y en a très peu qui vivent résolus
Dans l’un ou l’autre pôle, ou dans leur absolu
La plupart de nous autres restons entre deux eaux
Jusqu’à ce que le temps fassent blanchir nos os.

C’est dans ces clairs obscurs, dans ces pénombres grises
Ou dans ces contre-jours que notre vie est prise
Au dessus des abîmes nous nous tenons penchés
Bien en dessous du ciel au mieux on est couchés.

Au royaume des aveugles à ce qu’on dit souvent
Les borgnes y sont rois mais d’un seul œil pourtant
Du royaume des purs si tant est qu’il existe
Aucun homme c’est sûr n’en a trouvé la piste.

Si bas qu’on peut plonger subsiste une étincelle
De cette humanité qu’on a pu renier
Si haut qu’on veut monter subsiste une parcelle
De l’animalité dont nous sommes tous faits.

Il n’est de vérité que celle qu’on se donne
Le jugement des dieux n’intervient dans ce monde
Il n’est d’autre morale que l’amour que l’on donne
Le jugement des hommes n’en fournit pas la somme.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com