image

Toile
Fine résille argent bien que cachée tu brilles 
Au creux de ces sous bois, entre les herbes fines
Sous les rayons filtrés d'un soleil qui s'aligne
Des perles de rosée miroitent à tes fils.
Chef d'œuvre naturel, tu sembles si fragile
Agitée par la brise qui fait frémir ta toile
Les haubans qui s'étirent et forment cette voile
Vont ils se déchirer, ne laisser que des fils ?
Où est passé l'artiste et comment a-t-il pu
Concevoir une toile, à l'aérien langage
Mais soudain j'aperçois dans un coin de l'ouvrage
Une vilaine chose pattue, noire et velue.
On est parfois surpris par ce que peut créer
Un être disgracié selon communs critères
D'admirer comme il peut même s'il n'est beauté 
Faire naître de ses doigts, des structures si fières.
Évitons de confondre l'inventeur et son œuvre
Admirons le premier ainsi que son génie
Qui a su bien extraire d'une vile matière 
Une telle merveille, une ode à la vie.
Soyons ainsi prudent dans tous nos jugements
Apprécions à leurs actes ceux qui cherchent à nous plaire
Ne nous fions pas trop à leurs bonnes manières
Ni à la belle roue que font parfois les paons.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves