Serpents

Il était une fois, dans un chaos rocheux
En haut d'une montagne, perché tout près des cieux
Un peuple de serpents qui dorait ses écailles
Sur les rochers chauffés sous un soleil de paille.

Une famille serpent vivait là, tout là haut
Loin de tous les villages, nourris de mille mulots
Auteurs des mottes légères qui parsemaient la place
Y faisaient le grand jeu dont elles formaient les pièces.

À part quelques rapaces planant au dessus d'eux
Ne connaissait menaces, savait les déjouer
En dehors de la chasse, elle pouvait paresser
Elle était plus heureuse que ne le sont les dieux.

Un jour surgirent des êtres immenses et si fiers
Sur deux jambes capables de leur faire tourments
Armés de longs bâtons, dont ils frappaient les pierres
Et qui soudain criaient quand voyaient des serpents.

La famille serpent effrayée lors s'enfuit
Se cache sous les pierres espérant que ça suffit
Hélas bien des chasseurs, excités par la scène
Se mettent à retourner toutes les vieilles pierres.

Ils ont fait un massacre de ces serpents peureux
Si peu habitués à fuir de tels dangers
De tels comportements leur sont bien étrangers
D'animaux en campagne, détruisant tout comme eux.

Dès lors on ne vit plus dans les près par ici
De ces serpents jolis, couleur de l'or jauni
Ils se sont bien cachés hors de la vue des hommes
Ont compris la leçon, la nature l'homme l'assomme.

Pierre BOUTET

Tous droits reserves