Une ombre descend comme un manteau

Elle couvre tout comme une peau

Tout s’assombrit à mille lieux

Déjà tout nous semble plus vieux.

 

Les maléfices couvent sous la cendre

Et nos espoirs sont tous à vendre

Les artifices l’ont emporté

Les charlatans ont tout gagné.

 

Comme un couvercle sur nos têtes

La liberté part en exil

Mais enfin sommes nous tous bêtes

Pour précipiter ce péril ?

 

Bien des faux pas nous avons fait

Mais celui là sera fatal

Nous ne pouvons être parfaits

Mais ne pouvons danser ce bal.

 

Un souffle d’air peut tout régler

Pour ce danger nous protéger

Un bulletin dedans une urne

Et la liberté à la une.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés