28 décembre 2018

Déchirure.

Déchirure. La terre immaculée s’est un jour déchirée  Des forces telluriques ont su l’écarteler Et dans ce qui n’était qu’un paradis tranquille D’une fente qui bée a surgi l’impossible. Une encre aux reflets noirs a souillé l’ingénue  Les flammes de l’enfer brûlent sur sa peau nue Jusqu’où ira la plaie dont elle est labourée  Jusqu’où ces noirs desseins vont ainsi la blesser. Si jamais il arrive que ce trait se referme Mais quelle cicatrice verra-t-on sur son derme  Est-ce le sacrifice qu’elle se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

La ligne improbable.

La ligne improbable. La suivras-tu un jour cette ligne improbable De jalons en jalons en seras-tu capable ? Tu as cru un moment qu’elle montrait un chemin Que tu pourrais le suivre avec un peu d’entrain. Mais à y regarder tu ne sais d’où il vient Et puis ne se perd-il déjà dans le lointain ? Trace-t-il une route dans ces endroits perdus Où entre ciel et terre, il a été tendu ? Est-ce toi que longtemps il a tant attendu Toi qui seul là peut être, l’a ainsi entrevu ? Est-ce un piège, un signe ou une invitation Tu te... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Témoin.

  Témoin. Un plan d’eau oublié, est-ce un bout de rivière  Un morceau de canal étalé sous l’écluse ? Quel est-ce blanc miroir qui n’a d’autre excuse Que de danser au bal de pâlottes lumières, De ces luttes intestines entre rouges et gris Quand l’hiver a l’automne déjà trop refroidi Que les derniers éclats d’une vie qui s’endort Explosent en feuillages aux couleurs rousse et or. Quand l’eau est le témoin à l’allure impassible De tout ce qui se joue à ce temps de ce cycle Sous l’œil indifférent de ces oiseaux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Les couleurs de la vie

  Les couleurs de la vie. Mon aimée où es-tu ? Sais-tu qu’à contempler  Les couleurs de la vie, j’ai l’espoir qui renaît Que puisse être à nouveau et enfin renoué  Ce lien trop distendu entre nos cœurs blessés ? À les voir rougeoyer sur ce ciel blanc de lait Je sens au fond de moi une énergie souffler Au delà de ces tons trop languissants d’automne Regarde tout ce feu de ces corps qui se donnent. Vois ce foisonnement, qu’il ne soit pas trop sage Comme sont mes pensées quand je vois ton corsage Qu’il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Leurs cris stridents.

Leurs cris stridents. Est-ce un vol de corbeaux grimaçants qui s’élancent  Et qui fendent les airs toutes griffes dehors J’entend leurs cris stridents qui déchirent les corps Tandis que mille feux tout autour d’eux dansent. L’espace est éventré sous leur poussée féroce  Devinez à quel point sa douleur est atroce Dans ces taches de sang qui dégoûtent des plumes Et toutes ces  blessures que ainsi ils exhument. Pourquoi donc cet élan, que fuient-ils en hurlant Où est le cataclysme qui les pousse en avant ? ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Revenez-nous madame !

  Revenez-nous madame ! ( Véronique Sanson) Je vous ai vue madame ce soir à la télé  Toujours si souriante et toujours passionnée  Plus forte dans l’épreuve, plus forte que jamais Vous avez de Samson la force hérité ! Suprême élégance celle que vous affichez  Avec cette confiance intacte et cette envie De remonter sur scène, de retrouver la vie De suivre votre voie, quelle voix vous avez ! Si je n’étais timide ma chère Véronique  Je vous dirai alors que vous êtes magique Je dirai au très haut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

Encore marron !

  Encore marron ! N’aurai-je point assez relevé ce défi  Qu’au final j’en serai à mon tour déconfit ? Moi qui ai d’Indes ramené Ces boules brillantes et brunes Qu’on nomme marrons et d’une Et de deux qui se peuvent manger ! Je vois qu’à beaucoup d’autres On tresse des couronnes Des guirlandes qui trônent  Sur leur front, tête haute ! Je n’ai point réclamé que l’on dise des messes À ma gloire méritée, pourtant je le confesse J’en suis vraiment marri Que mes belles châtaignes Ne reportent le prix... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Naïfs

Naïfs. Ne serions nous encore qu’une pauvre tribu Qui a besoin d’un chef à qui verser tribut D’un chef avec pouvoirs et tous ces attributs Qui définit pour nous quels seront tous nos buts ? Comment croire naïf qu’un seul peut tout résoudre  Qu’un monde si complexe est bien compris d’un seul Faut-il que dans nos yeux il y ait beaucoup de poudre Quand s’en remettre à un, c’est choisir son linceul. Comment donc tout un peuple pourrait se retrouver Dans des choix solitaires qu’il ne peut approuver ? Comment donc tout... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Comme des terres avides.

Comme des terres avides. Une envie qui paresse là au bas de tes reins Si peu qu’elle apparaisse elle n’a pas de frein Et comme elle ne cesse tu sais quelle est ta faim De ces douces caresses que tu trouves en son sein. La courbe de ses fesses fait un joli dessin Voilà tu le confesses qui nourrit tes desseins Cette envie qui te presse n’aura pas d’autre fin Que la chair qui s’oppresse sous l’assaut de tes reins. Dans la chair qui se tend dans celle qui se fend C’est le même élan depuis l’aube des temps  Parfois il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Un trio et des mots.

  Un trio et des mots. Un trio avancé d’une armée qui se terre Dont pointerait au loin les ombres familières  Trois troncs plus audacieux partis en éclaireurs  La raison qu’ils sont là comme des tirailleurs. Ou alors orphelins oubliés par leurs pères  Dont sous les coups de hache ont dû périr les mères  Juste tristes témoins d’une forêt ancienne Dont ne reste plus rien et ce quoi qu’il advienne. Encore à les voir, on les dit téméraires  Que de braver ainsi tout au milieu des terres La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]