Un grand calme
C'est la fin de journée lorsque le ciel flamboie
Que les couleurs palissent, dans le gris elles se noient
Que les ardeurs faiblissent alors que vient le soir
Tout doucement je glisse sans m'en apercevoir.
Je sors dans le jardin l'air y est bien plus frais
Les crêtes des montagnes sont très bien découpées 
Les premières étoiles brillent au firmament
La lune est déjà fière dans son disque d'argent.
Les deux pieds dans la terre et la tête au ciel
Je suis en communion plus rien d'artificiel
Avec les éléments, avec les énergies
Que je sens bien plus fort lorsqu'il n'y a plus de bruit.
Je ferme un à un les volets aux fenêtres 
Tandis qu'un grand calme doucement me pénètre 
Je clos bien la maison, mon cocon, mon logis
Pour cette longue pause que me sera la nuit.
J'entre dans ce vaisseau comme coupé du temps
Où je m'en vais rêver sur les ailes des vents
Ceux qui m'emporteront dans des songes oubliés 
Et quelques poésies en seront des reflets.
Pierre-Jean BOUTET