cultivars

Nouvelle levée

Qu'ils sont tombés de haut depuis leur piédestal
Où ils trônaient si fiers plus près des étoiles
Ils regardaient de haut la piétaille banale
Adoubés croyaient-ils, devant leurs yeux un voile.

Ils ne pouvaient la concevoir leur chute
Ils sont tout étonnés de se trouver en butte
Avec cette réalité qui est le quotidien
De ces milliers de gens qu'ils ignoraient si bien.

Adieu tous ces honneurs et tous ces privilèges
Adieu donc cet Olympe, ils trouvent sacrilège
Que d'en être chassé par des voix populaires
Ils se trouvaient si bien là-haut dans leur éther.

Voyez-les à présent ces donneurs de leçons
Avides de revoir les bancs de leur maison
Leurs discours plein de fiel, criant à l'injustice
Que de grosses ficelles dans leurs sacs à malices !

Ils se disent soucieux de notre sort commun
C'est pour mieux regagner leur paradis perdu
Entendez ce qu'ils disent où les autres où les uns
Comme s'ils le pensaient que ça leur était dû !

Qu'il est donc convoité l'or de la République
Serviteurs de l'Etat ou alors triste clique
S'il en est quelques-uns pour être alors sincères
C'est celui qui vous sert non celui qui se sert.

Alors il est grand temps de les renouveler
De donner une chance à de nouveaux talents
Plus proches et plus soucieux des problèmes des gens
Que nos représentants soient nouvelle levée.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com