25 octobre 2018

Garde-fous ?

  Garde-fous ? Halte ! Interdit ! Faites donc attention Les normes sont partout et mettent sous pression Lis donc les étiquettes, attention aux piétons  La règle nous oppresse et contraint nos pulsions. La vie en société, si tu n’as pas les clefs C’est vite un enfer, cauchemar éveillé  Tout geste esquissé et tu risques un faux pas  Tu ne connais tes droits, non plus ce qu’il faut pas. Nos vies sont encadrées entre mille balises Mais si tu n’en veux pas faut faire tes valises Pour aller dieu sait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2018

Prétention

  Prétention. Nous nous voyons chacun comme centre du monde Oublions-nous cela au moins quelques secondes ? C’est bien notre survie et c’est d’abord la nôtre  Parfois cela est vrai aussi celle des autres. De nos seuls intérêts sommes-nous bien comptables Et pour notre bien être d’abord en tout capables De voir un peu plus loin, que ce serait souhaitable Que le bout de nos nez, même s’ils sont admirables. Car c’est partie d’un tout, dont nous sommes après tout Il est des équilibres qui nous cernent partout ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

L’etranger D’autrefois.

L’Étranger d’autrefois. Pour le temps d’une vie, à l’échelle de l’homme On essaie tous d’apprendre et nos erreurs on gomme Toute cette expérience qu’à la fin on acquiert Nous sert à éviter quelques fautes passées. Ça peut être utile aux actions répétées  Mais c’est souvent futile pour nos vies écourtées  Les autres n’ont que faire de tous nos bons conseils Les jeunes les premiers, nous sommes tous pareils. Plus, quand le monde change, que vaut cette expérience  Quand chaque jour apporte les nouveautés... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Les nouveaux temples

Les nouveaux temples. Elles se pressent avides, elles sont des milliers Aux portes translucides de ces temples dorés  Avec dans leurs yeux vides l’envie de posséder  Ces objets impavides qui y sont exposés. Sont-elles bien lucides de ce qui les tenaille Ça ronge comme acide, il faut qu’elles y aillent Acheter inutile, superflu, rien qui vaille Tout cela est futile, mais tout ça les travaille. Besoin de consommer, pour peut être jeter Besoin de posséder, pour quel vide combler ? Pour aussi rassurer leurs âmes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Contrastes.

Contrastes. Il veut depuis toujours percer tous les mystères  Connaître au delà des simples apparences Il veut savoir sans frein ce qu’il y a derrière  C’est là le sens pour lui que de son existence. Il prend depuis toujours ce dont il a désir  Il aime avant tout d’abord de conquérir  Il fait en toute chose ce qui lui fait plaisir  Pour ça il est aussi parfois prêt à mourir. Les hommes sont contrastes et apprentis-sorciers Les hommes sont voraces et trop souvent pompiers Des incendies... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le seul.

Le seul. Le tendre est flétri par tous ces brise-âmes Qui griffent tout au fond leurs biseaux de calames  L’orgueil est abimé par tous les fend le coeur Qui brisent au plus fort la pierre des valeurs L’envie est étouffée par tous les pisse-froid Qui plongent les ardeurs au plus fort de l’effroi L’élan est empêché par tous les casse-gueules Leurs pièges empoisonnés qui vous broient sous la meule L’amour est contrarié par les tabous pesants Par tous ces interdits qui pèsent sur les sens La vie est bien pourrie par... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Vivre plus longtemps.

  Vivre plus longtemps. Tous ils rêvent de vivre encore fort longtemps  Sans trop se demander ce qu’il feront du temps Dont ils auront jouissance plus qu’il n’est accordé  À toute autre engeance dans notre humanité. Futurs maîtres du monde mais à quoi cela sert S’il n’y a d’avenir pour l’espèce humaine Ils se seront trompés d’objectif alors même  Que toute vie sera compromise sur terre. L’immortalité ? Mais pour quoi donc en faire Si le beau paradis est devenu l’enfer ? Que vaut l’éternité si... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

La cage.

La cage. Il n’a plus d’appétit pour les choses terrestres Tous ses sens l’abandonnent, il n’en est plus le mestre  Sa chair n’est qu’enveloppe qui plus rien ne lui donne Si ce n’est la douleur qui par elle frissonne. Est-ce encore la vie de n’être qu’une conscience Que n’être qu’un esprit sans le plaisir des sens ? Est-ce encore la peine de vivre une existence Quand on est spectateur de cette décadence ? Étalé, impuissant sur un lit d’hôpital  Ou bien dans un fauteuil, oh combien c’est banal Maintenu à tout... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Contradictions.

  Contradictions Espérer le meilleur, pourtant craindre le pire Aspirer au bonheur, mais la peur de souffrir Prétendre faire grand, au petit s’en tenir, Vouloir aller là-haut, mais en bas atterrir. Toujours écartelé entre son seul possible Ses rêves inachevés demeurent inaccessibles L’homme est insatisfait de ce qu’il ne fait pas L’homme est toujours frustré de tout ce qu’il n’a pas. Pourquoi prendre son temps, il faut aller très vite Où se donner du mal, quand il est plus facile D’arriver à ses fins en étant... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

De tous petits riens.

De tous petits riens. Nos vies ne sont semées que de tous petits riens Accomplis chaque jour sans qu’on y pense bien Nos vies si ordinaires qui n’ont rien d’héroïques  Qu’on trouve par instant pourtant si magnifiques. Les héros on célèbre mais fait-on comme eux ? Nous on se décérèbre dans de stupides jeux. C’est d’abord la routine qui remplit nos journées  Dans la même patine on poursuit nos années. Pour nous tenir tranquille, c’est permis de rêver  En dehors de nos villes, où on peut consommer À défaut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]