25 janvier 2019

Seule en lice.

  Seule en lice. Tous les jardins d’éden ne sauraient tant me plaire Que ces champs veloutés au bord de ton haleine Que ces replis nacrés au creux des chaudes plaines Qui m’invitent si tendres à ancrer mon araire. Tous les chants des sirènes ne sauraient m’attirer Autant que ces doux râles dans ta gorge arquée  Autant que ces doux sons venus du fond des âges  Qui m’invitent ardents à me montrer moins sage. Pas plus ne céderait des déserts aux mirages Tant elles sont réelles au bord de ton corsage Ces... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2018

Les couleurs de la vie

  Les couleurs de la vie. Mon aimée où es-tu ? Sais-tu qu’à contempler  Les couleurs de la vie, j’ai l’espoir qui renaît Que puisse être à nouveau et enfin renoué  Ce lien trop distendu entre nos cœurs blessés ? À les voir rougeoyer sur ce ciel blanc de lait Je sens au fond de moi une énergie souffler Au delà de ces tons trop languissants d’automne Regarde tout ce feu de ces corps qui se donnent. Vois ce foisonnement, qu’il ne soit pas trop sage Comme sont mes pensées quand je vois ton corsage Qu’il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2018

Comme des terres avides.

Comme des terres avides. Une envie qui paresse là au bas de tes reins Si peu qu’elle apparaisse elle n’a pas de frein Et comme elle ne cesse tu sais quelle est ta faim De ces douces caresses que tu trouves en son sein. La courbe de ses fesses fait un joli dessin Voilà tu le confesses qui nourrit tes desseins Cette envie qui te presse n’aura pas d’autre fin Que la chair qui s’oppresse sous l’assaut de tes reins. Dans la chair qui se tend dans celle qui se fend C’est le même élan depuis l’aube des temps  Parfois il... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Mon plus beau baptême.

  Mon plus beau baptême  La chaleur de ton corps fut mon plus beau baptême  C’est mon plus cher trésor, je n’en veux de carême Sans ce présent combien seraient mes aubes blêmes  Quelle meilleure façon de me dire je t’aime ? Ta peau contre ma peau fut ma révélation  Que le bonheur pouvait être révolution  Avec ce doux contact comme une élévation  Vers des élans plus chauds que le coeur d’un chaudron. Ton sein sur ma poitrine fut la consécration  D’une quête impossible, une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Amène toi.

Amène toi. Si tu n’as plus l’envie des choses de la vie Si plus tu ne salives devant un très bon plat Si plus de forces vives ne soulève ton pas Si plus rien ne ravive en toi quelque combat Alors amène toi Viens jusqu’à chez moi Je n’ai pas plus de foi en un monde meilleur Mais peut être qu’à deux nous aurons bien moins peur Si ton coeur fait relâche, si tu te sens trop lâche Si tu crois plus à rien, si pour toi tu vaux rien Si tu as épuisé toutes tes illusions Si tu ne ressens plus, plus la moindre passion Alors... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Quand l’amour tourne en rond, ça ne tourne pas rond.

  Quand l’amour tourne en rond Ça ne tourne pas rond. S’il n’y avait que toi, s’il n’y avait que moi Serions nous moins heureux que nous sommes déjà ? Partager cet amour, éclairer tout autour Ne jamais le cacher, le montrer au grand jour. Vaut-il mieux le garder notre amour dans sa bulle ? Ne jamais l’exposer ce serait ridicule Notre amour pour chacun est chose exclusive Mais l’amour est fontaine à la force trop vive. L’amour est un soleil qui darde ses rayons Qui dessine des cœurs au fil de son crayon L’amour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

Amour quand tu nous tiens.

Amour quand tu nous tiens Je sens Le glissement furtif de tes doigts sur ma peau Le baume de tes lèvres que je sens dans mon dos La chaleur de tes cuisses me brûle jusqu'aux os Tout au creux de mon ventre il fait soudain très chaud. Toutefois On a beau l'évoquer et on a beau l'écrire Quels que soient les mots, choisis pour le décrire L'amour ne vit jamais aussi fort dans les livres Il a besoin pour ça que l'on puisse le vivre. D'ailleurs Pas plus qu'on ne se lasse d'évoquer ce sujet On ne répugne jamais à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Mon point cardinal.

  Mon point cardinal Les jours s’envolent ils vont si vite  Les nuits s’estompent que tu n’habites S’il n’y avait toi comme point fixe Toi dont je ne suis qu’un suffixe S’il n’y avait toi pour retenir L’instant bonheur qui veut s’enfuir De sous mon toit où il fleurit Grâce à toi ma douce amie. Je ne serai que plume au vent Un jour ici, un jour devant Un souffle à peine au dessus D’une vie, vois, sans retenue. Je ne serai que ce passant  Un moins que rien au demeurant Une pensée est-ce important ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Le mal de toi.

Le mal de toi. Lorsque je tends l’oreille dans le vent il me dit Qu’il porte des merveilles en murmures assourdis Des paroles tendresses qui sont venues à moi De ces mots qui me pressent de revenir vers toi. Quand je lève le nez vers la pluie qui me baigne Je sens parmi les gouttes qui mon visage atteignent Des odeurs oubliées qui me mettent en émoi  Des senteurs que j’aimais, quand elles venaient de toi. Parfois lorsque je marche ici ou n’importe où  Je sens sous ma semelle rouler quelques cailloux Ils... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Oiseleur

Oiseleur. Cela ne fait qu’un jour que tu as quitté le nid Déjà je sens sur moi planer ces temps maudits Ceux qui font tu le sais, que de toi je m’ennuie Dès lors que tu es loin, tu reviens que lundi. C’est comme une feuille qu’on aurait déchiré  Ou comme un livre ouvert auquel manque une page Je me sens incomplet, je ne suis qu’un message Dont seuls les premiers mots, on pourrait déchiffrer. Ressens-tu, toi aussi, ce sentiment de manque Alors que tu promènes tout au long des calanques ? Entends-tu, cette envie,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]