21 septembre 2018

Tout appelle à l’amour.

Tout appelle à l’amour. Au cœur de ton sourire lorsque parlent tes yeux Dans ta main qui s’accroche au creux de mes cheveux Dans ton sein qui palpite sous le lin du corsage Dans ces mots balbutiés à l’oreille au passage, Tout transpire l’amour et l’envie d’un alliage De la danse des corps trop longtemps au sevrage De ces jeux sans lesquels la vie est bien trop sage De ces joutes amoureuses où l’on oublie son âge. Dans ton ombre chinoise portée sur le rideau Dans la mousse du bain qui dévoile ton dos Dans les plis de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Furtive.

  Furtive. Quand je l’entraperçue au fond de la coursive Image subliminale, et vision si furtive Je sus malgré cela que j’en serai brisé  Que mon coeur, à jamais, en serait prisonnier. Était-ce le grand voile posé sur ses cheveux Lui faisant une traîne soulevée sous mes yeux Était-ce le regard tout rempli d’éclairs noirs  Qui d’un coup de harpon a accroché l’espoir ? Rien qu’une silhouette, mais aussi quelle allure ! A peine un visage, mais en pleine figure ! Est-ce alors cela que l’on dit coup de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Une bouffée de vie.

  Une bouffée de vie Tout lui paraît plus clair et plus beau ce matin Il ouvre ses volets et respire l’air frais Que c’est bon que de vivre se dit-il à la fin Quand on sait que l’on vit un amour qui est vrai ! Ah comme il se sent bien dans son corps aujourd’hui Que le sang dans ses veines bouillonne, il se réjouit Le monde est transformé par la simple magie D’un mot combien banal car elle a dit oui. Déjà il imagine des choses inavouables A ces seules pensées il est un peu coupable Ne l’accabler donc pas de vos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Simulacres.

  Simulacres. Pour toi je tremperai mes doigts dans l’eau bénite Je dirai des prières sans doute à la va-vite S’il faut pour te séduire devoir passer par là  Je veux bien me damner pour un baiser de toi. Pour toi je marcherai vers l’autel de l’église  Pour toi j’aurai la bible qu’il faut qu’aussi je lise S’il faut pour te garder devoir passer par là  Sous ces fourches Caudines, je passerai pour toi. Pour toi je conduirai notre enfant au baptême  Pour toi je le ferai puisque si fort je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le vide de l´absent.

Le vide de l’absent Ce n’est plus désormais à demain que tu penses Mais à qui pourrait rompre tout ce silence Qui saurait être là pour te tenir la main Pour dire encore ces mots qui te font tant de bien Mon petit canari, ma si gentille oiselle Je t’aime encore autant que cette demoiselle Qui m’a souri jadis dans ce parc à Valence Depuis ce jeu d’enfant où elle se balance. Hélas il est parti, lui qui te faisait rire Qui aimait te taquiner, qui savait t’écrire  Vous étiez si complices, depuis si longtemps Combien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Un espace bonheur.

Un espace bonheur. Je te sais fort tentée que de prêter l’oreille Aux mirages dorés d’une vie de merveilles Mais sais-tu que après que tu aies passé la porte Tu auras regret des amours dites mortes. Ne reste-t-il des braises au cœur de ce foyer Qu’avec quelque effort nous pourrions ranimer ? Crois-tu que c’est raison à soixante ans passés  D’espérer que ailleurs tout va recommencer. Tu n’as plus guère l’âge aux jeux de midinette Ton cœur est resté jeune mais l’arthrose te guette J’ai pour toi au jardin de beaux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2018

Ma tendre aimée

  Ma tendre aimée. A l’avril de tes lèvres, je bois tous mes printemps A l’aube de tes rires, je suis si frémissant  A l’encre de tes yeux, j’écris bien des poèmes A l’ancre de tes reins, je pose des je t’aime. Au son de tes chagrins, j’efface un peu ta peine Aux élans de ton coeur, je réponds tu es ma reine Au fond de tes soupirs, je vais chercher ces graines Qu’au champ des souvenirs, je jette et je sème. Aux envies qui te prennent, j’offre tous mes pouvoirs Aux soucis qui te viennent, j’oppose mes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2018

Mon rôle

  Mon rôle. Je n’étais qu’un insecte abandonné aux vents Ballotés sans affect que vivre mon présent  Mon passé englouti sous un temps sans mémoire  Mon futur sans objet je n’avais pas d’histoire. Je n’étais qu’une vie parmi des millions d’autres Allant au jour le jour sans connaître de sens N’y avait dans mon moteur alors d’autre essence Boire, manger, dormir, qu’endroit où l’on se vautre. Je errais au hasard par terre et par mers Sans avoir en ces temps pour aller de repère  Je trouvais du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Sans ailes, avec Elle.

Sans ailes, avec elle. Souvent l’on imagine des ailes pour les anges Comme s’ils venaient du ciel comme autant de mésanges  Moi j’aime à penser qu’il y en a à nageoires Venus du fond des mers mais c’est une autre histoire. S’il existe des anges et s’ils sont parmi nous On doit les reconnaître tant ils ont les yeux doux Ce sont ceux que je vis, en voyant ton visage Je compris ton regard et son tendre message. Ne le dites pas trop, je vis avec un ange Il y en a qui pourraient trouver cela étrange  Vous prendre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2018

Pas même une seconde.

  Pas même une seconde. J’ai perçu dans ton coeur la subtile fêlure  Que le doute insinue comme une vraie blessure Quand tu crois que j’ai pu connaître une aventure A notre roman d’amour faire quelque rature. Je puis poser mes yeux sur bien d’autres beautés  Sans pour cela trahir la seule vérité  Car tu es bien la seule de toute éternité  Pour laquelle il bat mon coeur et tout entier. Que ton regard se trouble de larmes retenues Pour des serments tu crois que je n’aurais tenus Sais-tu que je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]