30 octobre 2019

Derniers feux

Derniers feux. Je déposerai des fleurs Pour mieux égayer ta vie Cela vaut mieux que mes pleurs Qui jamais ne t’ont ravie. J’en choisirai de belles Aux couleurs fantastiques Qui t’évoqueront celles De l’île Martinique. J’aimerai qu’elles plaisent  À Toi ma mie de toujours Assise sur ta chaise En pensant à notre amour. Elles faneront c’est sûr  Effet du temps, de l’âge  Elles sont je t’assure Changées à mon passage. Je déposerai des fleurs Quand tu ne seras plus là  Je connaîtrai le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2019

Nos deux rives

Nos deux rives.Y aura-t-il un pont pour rejoindre nos rivesDevrai-je le franchir lorsque l’aube arriveEt en tendant la main sentir ta peau enfinEt dans ce doux moment, calmer un peu ma faim ?Est-ce cet arc en ciel qui unit nos deux mondesQui efface la faille entre eux, mais si profondeDonnant d’autres couleurs que celle claire ou sombreQui semble pour les autres, la chose qui encombre ?Pourquoi une frontière pour briser nos élans Contrarier nos prières et nous donner tourment ?Il n’y a qu’un horizon pour nos deux cœurs qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2019

Des flopées de possibles.

  Des flopées de possibles. Traînent derrière moi des flopées de possibles Qui n’ont pas vu le jour mais était-ce impossible ? Les regrets souvent naissent de cet inachevé  Ce sentiment de choses qui sont hélas mort-nées ! Je sais que l’avenir se présente de même  Devrai-je hésiter à faire ce que j’aime ? De peur de ne laisser de chance à autre chose Et de n’ouvrir de pistes pour de meilleures causes ? Aurait-on d’autre choix que de devoir choisir ? Se poser la question ça ne vaut que soupirs ! ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2019

On s'était dit.

On s’était dit. On s’étaient dit bien sûr ce sera pour la vie Lorsque l’on s’est connus tous deux au paradis Mais le temps a blanchi nos ardeurs initiales Tout comme nos cheveux qui se sont fait la malle. Nous nous étions promis à la vie à la mort À l’époque où pour ça il ne fallait d’effort Quand nos corps exultaient pour un oui, pour un non Tout heureux qu’ils étaient de vivre leur passion. Le temps a refroidi la lave du volcan Il a mis un beau jour nos amours à l’encan. Parfois on se regarde comme en chiens de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2019

Refuge

  Refuge. La petite lumière au plafond de mes jours Brille pour rappeler tout ce qu’est notre amour Une coulée de miel dans une vie amère  Une onde de chaleur au milieu des colères. Petit foyer en moi, tes braises sont vivaces Rien ne peut les éteindre et pas même la glace Tu restes ma boussole et mon secret espoir Dans une vie passée à trop broyer du noir. Un îlot de bonheur dans l’océan des pleurs Parcelle de lumière tout au fond des ténèbres  Repère chaleureux à quoi me raccrocher Comme un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2019

Sans aucun mot d’amour ?

  Sans aucun mot d’amour. Ces jolis mots d’amour qu’on dit dans les poèmes Les dira-t-on jamais, les dira-t-on jamais ? À celle que l’on aime et les yeux dans les yeux, Par peur d’entendre un rire pour ces mots amoureux. Ces mots de liberté que sèment les poèmes  Les dira-t-on jamais, les dira-t-on jamais ? À tous les dictateurs et les yeux dans les yeux De peur de leurs geôles, de leurs actes odieux. Ces mots pleins de beauté dont usent les poètes  Les dira-t-on jamais, les dira-t-on jamais ? À tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2019

Jamais guéri de toi

  Jamais guéri de toi. Je me suis allongé sur l’épais lit de feuilles J’ai regardé le ciel, des étoiles j’y cueille J’en ferai un bouquet juste pour toi et moi Dans cette ombre complice qui régnait sous ton toit. Je me suis étendu sur cette berge fraîche Dans l’herbe un peu mouillée par la dernière averse J’ai appris tous les bruits de l’eau sur les galets Que je répéterai, tant tu t’en régalais. Je me suis adossé à l’arbre millénaire Je me suis bien frotté à son écorce claire J’ai senti tout en moi la force de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Silence et solitude.

Silence et solitude. Je hais la solitude que je n’ai pas choisie J’ai horreur du silence, quand tu n’es pas ici J’ai trop peur d’être seul et d’en payer le prix De n’avoir que mes mots que je pourrai ouïr. J’apprécie les moments de calme et de quiétude  Quand je m’écarte un peu de nos chemins battus Où les hommes cheminent souvent par habitude J’aime alors parfois m’y croire un temps perdu. J’aime être à tes côtés, sans prononcer un mot La chaleur de ton corps, comble assez mes vides J’aime à contempler, tes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Puisqu’il ne sert de rien...

  Puisqu’il ne sert de rien.... S’il existait des mots, que je pourrais t’écrire  Qui laissent sur ta peau, une envie de revivre Ces jours qui furent heureux, au point moi qu’ils m’enivrent  Mais las je crois entendre, que tu ris à les lire. Pourtant il suffisait avant d’un simple geste Un signe de la main, un mouvement d’épaule  Pour que tu viennes alors, d’un élan toujours leste  Te blottir contre moi, que ta lèvre me frôle. Les mots ne sont plus rien, s’il n’y a plus de confiance La... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2019

Pourquoi donc t’écrirais-je ?

  Pourquoi donc t’écrirais-je ? Pourquoi donc t’écrirais-je, où sont passés les mots Je n’en étais avare au contact de ta peau Ma plume est muette car le pauvre Pierrot Ne sens plus Colombine à travers son manteau. Oh combien de poèmes sont nés rien qu’à l’idée  De retrouver ma belle à qui je les lirai Combien alors mon coeur débordait de formules Quand l’amour le privait de tous mauvais calculs. Plus jamais ne serais pour toi cet hidalgo Avec qui tu aimais tant danser le tango Moi ce que je préfère c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]