02 janvier 2017

Apparences

Apparences Je le vois sur son banc de dos, un peu courbé Ses épaules tressautent comme s'il sanglotait Je m'approche de lui pour peut-être l'aider Échanger des paroles qui pourraient soulager Je m'assieds doucement et alors je comprends L'homme tient dans ses mains un livre et il prend Du plaisir à le lire, et à rire en lisant Ce n'est pas de chagrin dont son corps est dansant. Le tableau qu'on croit voir, souvent comme il nous ment. Je la vois éclater d'un rire tonitruant Et agiter ses bras au milieu des passants Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

Le feu et la glace

Le feu et la glace C'est comme un soleil noir sur une lande vide C'est comme un désespoir ou un malheur avide Ça pleure des coulées d'une noirceur livide Ça grince sans arrêt sous un ciel impavide. Ça renvoie la lumière en mille éclats de verre C'est un message fou qui dit encore espère Ça vibre tant en nous, nous ne sommes de pierre Ça chante dans le cœur comme un chaud courant d'air. C'est un cercueil de plomb qui enferme nos rêves Une coulée de lave qui rend la vie trop brève Un ciel chargé de suie qu'un crépuscule élève... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Très tôt

Très tôt Petit matin très tôt, le soleil fait dodo À mes côtés assis un bien joli marmot Casque sur les oreilles, il joue sur sa tablette Tandis que pour ma part j'ai poésie en tête. Drôle de position que ces deux lève-tôt Chacun dans son combat, chacun dans son délire Quand celui que je mène c'est pour trouver mes mots Celui de cette arpette, c'est pour gagner et vivre. Pourtant nous sommes bien, des regards on se lance Des sourires complices dans le petit matin Il n'est besoin de mots pour se dire on est bien On profite du... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Bénédicte

Bénédicte Reviens moi Bénédicte, Cesse donc ta vindicte Offre moi une chance De gagner ta confiance Pardonne Bénédicte J’avoue j’étais addict A d’autres aventures Que ta belle figure Il est temps Bénédicte Que tu rendes ton verdict Que tu me dises enfin Si à mon cœur tu tiens Quel que soit Bénédicte Ce qu’ainsi tu édictes J’en ferai pour demain Le fil de mon destin. Je t’en prie Bénédicte Ne soit pas fatidique Laisse-moi un espoir De reprendre notre histoire Tu sais ma Bénédicte Ce serait bénéfique C’est là chose inédite Que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Sous les cerisiers

Sous les cerisiers Des pétales de roses tombent en avalanche Et forment sur le sol comme une nappe blanche Un soleil paresseux de printemps savoureux Caresse amoureux la couche, de ses jeux De ses jeux de lumière dont les mille arpèges Font sous les cerisiers comme amas de neige Mais voilà que le vent balaie ces flocons blancs Et découvre soudain les corps des deux amants. Dans ce décor charmant, lors tout baigné de blanc De ces deux innocents coule traînée de sang Dans leurs cœurs silencieux comme ils sont à présent L’amour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

après la guerre

Au sortir de la guerre Tu as le bruit mon frère Pour savoir si la guerre Imprègne l’atmosphère Ou si elle préfère Jouer ailleurs ses airs Entends le staccato Des milles mitraillettes Entends le lourd écho Des bombes que l’on jette Entends ce lamento T’es aveugle mon frère Mais au fond de ce trou Les yeux ne servent guère Ils servent à rien du tout Par là où tu te terres. Tu n’es pas sourd mon frère Mais même les sirènes Ont cessé leurs alarmes Y a juste le bruit des armes Qui encore te renseigne. Mon frère quand le silence A... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

Patience

Patience Avec cette infinie patience qu'on les dieux qui s'amusent A voir jouer les hommes, voir comme ils abusent De toutes ces aptitudes qu'ils lui ont conférées De toutes ces richesses qui sont aussi données, Terre mère observe espérant qu'ils s'amendent Elle taxe leurs excès par de rares amendes Envoyant des signaux qu'ils ignorent encore Obsédés qu'ils demeurent par leur nombril d'abord. Pour quelques hommes savants il y a tant d'aveugles Pour quelques homme sages, il y en a tant qui beuglent Pour quelques créateurs,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Sarabande

Sarabande. Des mots, des mots sans queue ni tête Qui tournent dans ma tête En vibrations inquiètes Comme s'ils étaient en quête Des mots de ces tréfonds De ces mots tout au fond En circonvolutions Nés de toutes passions Des mots qui vont qui viennent Des mots comme Etienne Des mots chargés de peine Que l'on comprend à peine. Des mots qui jouent violons En large et en long Des mots qui sont doublons De tous mes sanglots longs. Des mots langue de feu Qui brûlent bien un peu Des mots qui comme jeux Vous détournent des dieux. De... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

En un clin d'oeil...

En un clin d'œil... Bien des années sont écoulées, même des siècles il paraît Où un pauvre gland a germé, donné ce chêne qui apparaît Bien des années se sont passées, des millénaires à ce qu'on dit Où ce rocher a tant roulé, donné galet au fond du lit Simples témoins du temps qui va, presque éternels mais impuissants Spectateurs passifs et soumis à tous caprices des éléments Voilà qu'ils portent les stigmates des variations de ces climats Qui sur la terre ont modelé tout ce qui est, tout ce qu'on voit. Si le second pouvait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2017

Enfin !

Enfin ! C'est une source où sont taris tous les élans des jours maudits C'est une vasque à présent vide de tous les pleurs et des non-dits C'est une poche desséchée qui ne contient plus de ces haines C'est une gourde qui a fui d'où ont coulé les peurs soudaines. Dans ce lit désormais si libre de tout ce qui l'embarrassait Dans cette couche désertée par les tourments qui l'abimaient Vont se nicher des amants ivres de leur nouvelle liberté Vont se lover des corps qu'enivre ce doux plaisir que de s'aimer. Ce sont des jours qui vont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]