19 février 2017

Une petite musique

Une petite musique Quand fugitivement la pensée vous effleure Elle est comme une mouche posée sur une fleur On la devine à peine on n'y prête attention Elle n'est même pas encore en question. À nouveau elle titille là tout en arrière-plan Elle pousse, elle intrigue pour venir plus devant Lors on secoue la tête comme pour la chasser Pour mieux se concentrer elle ne peut donc passer. Parfois elle est têtue et garde les manettes Et on finira bien par entendre sa voix Souvent pour nous aider à voir plus clair en soi Et on se dit bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Un écureuil en cage

Un écureuil en cage Il est de ces soucis qui reviennent et vous rongent Même en arrière plan ils sont une obsession Dans le tourment parfois l'impasse ils vous plongent S'ils ne sont résolus ils mettent sous pression. Impossible alors de penser autre chose Pour ce seul problème, prendre fait et cause Tourner et retourner dans sa tête toujours La maudite pensée et cela nuit et jour. Comme un écureuil qui galope affolé De plus en plus vite là dans son tourniquet Le cerveau en vrille penche pour le pire Augmentant la douleur vécue... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Tapis volants

Tapis volants Chasser de son esprit les miasmes de la nuit Reprendre de son corps le contrôle qui s'enfuit Ignorer les faiblesses d'une chair qui se plie Puis essayer d'entrer dans ce jour plein d'ennui, Comme un nouveau combat qu'il me faudra mener Toutes ces pauvres choses qu'il me faudra régler Tous ces gens rencontrés auxquels faut s'adresser Tous ces déplacements que je vais opérer Pourquoi un jour de plus, pourquoi un jour encore Ne change l'aventure si change le décor ? À quoi tout cela rime, à quoi tout cela mène Il n'y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Jeune

Jeune Je me souviens bien sûr d'avoir été jeune Jeune d'abord enfant puis un adolescent Adolescent trop sage bien étranger au jeûne Jeûne de sentiments souvent incandescents Incandescents étaient mes rêves de conquête Conquête d'âme sœur ou de ces corps en fête Fête partout alors le monde était ouvert Ouvert à tous espoirs qui nous étaient offerts Offerts sur un plateau nous avons tout gâché Gâché toutes les chances par la cupidité Cupidité malsaine tueuse de libertés Libertés des peuples et planète blessée Blessée par nos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Joyaux

Joyaux Parce qu'elle rime avec alarme Pourquoi faut-il qu'elle nous désarme, Pourquoi a-t-elle aussi ce charme Qui nous parle si fort à l'âme ? Elle ne fait aucun vacarme Elle a souvent couleur du drame Parfois aussi celle du brame Ce n'est qu'une goutte qu'on arme. Elle est faite d'une eau si calme Qu'elle glisse bien sur la lame Des joues meurtries de quelque dame Ou de messieurs sensibles au drame Comme une perle à l'œil elle clame Qu'elle souffre ou bien qu'elle blâme Mais l'émotion aussi réclame Qu'elle coule aussi avec... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Cauchemars

Cauchemars Gargouilles grimaçantes de nos vieux cauchemars Quand elles menaçaient du haut des armoires Quand nous étions enfants effrayés par le noir Qu'alors ces moulures tendaient leurs traquenards. La peur pourvoyeuse de ces spéculations Laisse la bride libre à l'imagination Pour donner ces monstres hors de toute raison Et pour nous enfermer dans sa propre prison. C'est la nuit quand nos yeux n'ont plus leur usage Qu'alors l'esprit recrée ses propres images Que sa fébrile vie anime ces miasmes Cachés dans ces recoins où sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Epaves

Épaves Des pensées fugitives qui traversent l'éther Comme des fulgurances aussitôt oubliées Dans les méninges mortes d'overdoses ratées Elles sont la trace, de tout ce que l'on perd. Des vies comme en suspens, ont-elles encore un sens Le tic-tac mécanique de cœurs encore battant Présence incongrue qu'est l'âme devenue Emportée en fumées dans les bruits de la rue. Ce serait comme un port où gisent les épaves De tous ces chalutiers quand l'eau s'est retirée Quand l'espoir les déserte, les esprits sont esclaves De ces corps... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Amitié et moitié

Amitié et moitié Mon copain, mon ami, toi mon camarade Pourquoi a-t-il fallu qu'aussi tu la regardes ? Toi qui était si proche et depuis si longtemps Je trouve ça si moche combien ça me surprend. On a tout partagé nos actes les plus fous Et nos déconvenues, et nos succès surtout Mais il existe sais-tu comme une ligne rouge Que tu ne dois franchir, je tire si tu bouges. Je veux bien des défis que tu peux me lancer Sur des actes sportifs ou sur quelques projets Mais cette femme là n'est pas une conquête Je l'ai au fond du cœur et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Flic-floc

Flic-floc Le flic-floc de ces gouttes qui s'écoulent du toit De la neige fondue sous le soleil qui choit Dessine sur le pavé un étrange ballet Fait de coupes claires aux rebords crénelés J'imagine bien sûr l'air qui fera écho A la danse au hasard des chutes éphémères À travers le rideau de filaments trop clairs Mes doigts tambourinent, en suivent le tempo. Spectacle fascinant à tant se répéter C'est la même scène, toujours renouvelée Preuve éloquente que la nécessité D'une loi implacable comme la gravité Peut faire une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Néant

Néant Il en est qui évoque quelque puissant attrait D'un néant qui serait pour certain accueillant Où plus rien n'atteindrait une âme en tourment Où elle flotterait pour toute éternité. Comment imaginer qu'une chose attire Alors que le néant ne saurait se décrire Comment qualifier ce qui n'a d'existence Comment une âme même y serait en présence ? Sombrer dans le néant c'est alors disparaître Et de ce qui n'est rien, rien ne saurait renaître. Aspirer au néant c'est renoncer à tout Cela ne veut pas dire rejoindre le grand Tout. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]