17 mai 2018

Comment puis-je le taire ?

Comment puis je le taire ? Et s’il fallait me taire, ne le dis pas ma mie Pour toi j’ai tant souffert, qu’à présent j’ai compris Que ne suffisent pas les mots, même d’amour Que ce n’est pas ainsi, qu’il faut faire ta cour. Lors je saurai me taire, sans taire mon amour Lors je saurai me taire, sans attendre mon tour Il y a fort à faire tant grouille tout autour Ces mille prétendants comme autant de vautours. Mais j’aurai beau me taire, toi en haut de ta tour Tu me verras ardent, sans enchaîner de tours Tu me sauras... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

Combien m’ont fait rêver...

Combien m’ont fait rêver. Combien m’ont fait rêver toutes les caravanes Traversant ces déserts où si peu se pavanent Ces files de chameaux chargés de lourds paniers Et dont les ombres dansent sur les dunes ondulées. Combien m’ont fait rêver ces palais de l’orient Décorés richement couverts de marbre blanc Et leurs harems cachés par les moucharabieh  Où se baignent des femmes à la peau parfumée. Combien m’ont fait rêver ces souks désordonnés  Croulant sous les étoffes de tissus damassés  Et ces armes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Il n’y a pas que la gloire

  Il n’y a pas que la gloire. A tous ces vents mauvais, qu’accompagne la gloire Ce mauvais sentiment, qu’il n’y a de victoire Qu’à être et demeurer, inscrit dans les mémoires Qu’au prix du sang versé ou de l’exploit d’un soir. Je n’aime ces champions, auréolés vainqueurs Pas plus que ces héros croulant sous les vivats  Ceux qui ont plus de place tout au fond de mon coeur Ce sont les gens modestes dont on ne parle pas. Ce sont tous ces champions héros du quotidien Qui par de simples gestes font que tout va... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Élu

  Élu. Naïf longtemps j’ai cru, que j’étais un élu  Qu’un superbe destin, tout au bout de ma rue M’attendait moi l’enfant, puisque j’étais perdu Que la chance allait, me porter jusqu’aux nues. Il me semblait pouvoir, répondre aux défis A ce que je voyais, du monde autour de moi Je n’avais qu’entrevu, pourtant cet infini Et les questions sans fin, pas plus que les pourquoi. Il m’a fallu grandir, pour comprendre les choses Que moi je n’était rien, en tout cas pas grand chose Qu’il y avait sur terre, de trop... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Voile

Voile. J’ai au coeur cette plaie qui s’ouvre et se ferme A l’esprit souvenir que mes regrets referment Toujours la sensation présente et lancinante Comme fait une envie quand elle est absente. La torture est douce, puisqu’il n’y a point de sang Bien qu’il batte à mes tempes, sur un mode pressant Le manque et le remord y mènent une danse Qui est plus que malaise, véritable souffrance. Je ne sais plus très bien, qu’elle en est la cause Car j’ai enfoui profond, la raison et la chose Je ne puis plus me battre contre cet... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2018

Zéro pour cent

  Zéro pour cent. Hier corolles tendres, tendues vers le soleil Ouvrant grand vos pétales, à la belle lumière  Partout de ces couleurs, qui nous émerveillent Jonquilles et tulipes, votre allure était fière. Sous la couche de givre, bien recroquevillées Vous êtes à présent, déjà un peu fanées  Cet assaut de l’hiver, qui vous a prises en traître Va-t-il vous empêcher, dès demain de renaître ? Il en est de ce temps, comme de notre époque  Lorsque d’un jour à l’autre, l’espoir naît et puis meurt Tout... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2018

Parlons du temps

  Parlons du temps. Parler du temps qu’il fait, à défaut d’autre chose S’extasier poliment sur un tapis de roses Évoquer ces printemps qu’on connaissait hier S’étonner de ces jours que l’on dirait d’hiver. C’est succès à coup sûr que d’évoquer le temps Ça n’engage à rien, lors on le fait souvent Dans une poésie c’est pourtant surprenant Est-ce l’inspiration qui a foutu le camp ? Rien de ce que j’écris, vous empêche d’y croire Sauf si vous connaissez, ma manière de voir Combien je suis critique, de nos... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

À La Chapelle de Belloc

  À La Chapelle de Belloc Il faisait hier beau temps, comme tous on en rêve  C’était pas le moment, de se mettre en grève  On sait dans ce pays, les accalmies sont brèves  Nous sommes allés marcher, nous sommes bons élèves. C’est d’un vallon perdu que l’on s’est évadé  Où niche un hameau aux maisons restaurées Le temps semble s’y être bien longtemps arrêté  Tant tout le paysage y est bien préservé. Par un sentier bordé de murs cyclopéens  De pierres accumulées par géants c’est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Cocon

  Cocon Presqu’au soir de ma vie, en quoi puis-je donc croire Quand je vois là dehors, vivre si peu d’espoirs ? Pourtant la lune est belle par dessus l’horizon Et j’entends fredonner une belle chanson. Pour encore avoir, au moins quelque illusion Faudrait-il que je vive, dans ma belle prison Quand se fermer au monde, semble seule façon  D’ignorer les problèmes, au sein de mon cocon. Je vois monter la vague de ces périls immenses Et la folie des hommes qui dans tous les yeux danse Et l’horloge tourner à sa... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

L’annonce

  L’annonce Que m’emporte la vague, sur son dos plein d’écume  Que m’enlève le vent qui souffle sur la dune Que me brûle ce feu, qui couve sous la lave Que me ronge l’acide, d’un vieux crapaud qui bave, Mais j’attends la réponse à toutes les questions Mais je veux la savoir, la bonne solution Mais je garde l’espoir, et j’ai cette ambition De la fin du tunnel, pour notre évolution. Alors qu’on me torture pour me punir de rien Qu’on m’inflige le fouet, qu’on resserre mes liens Qu’on me roue, qu’on me blesse,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]