21 septembre 2018

Un espace bonheur.

Un espace bonheur. Je te sais fort tentée que de prêter l’oreille Aux mirages dorés d’une vie de merveilles Mais sais-tu que après que tu aies passé la porte Tu auras regret des amours dites mortes. Ne reste-t-il des braises au cœur de ce foyer Qu’avec quelque effort nous pourrions ranimer ? Crois-tu que c’est raison à soixante ans passés  D’espérer que ailleurs tout va recommencer. Tu n’as plus guère l’âge aux jeux de midinette Ton cœur est resté jeune mais l’arthrose te guette J’ai pour toi au jardin de beaux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

De tous petits riens.

De tous petits riens. Nos vies ne sont semées que de tous petits riens Accomplis chaque jour sans qu’on y pense bien Nos vies si ordinaires qui n’ont rien d’héroïques  Qu’on trouve par instant pourtant si magnifiques. Les héros on célèbre mais fait-on comme eux ? Nous on se décérèbre dans de stupides jeux. C’est d’abord la routine qui remplit nos journées  Dans la même patine on poursuit nos années. Pour nous tenir tranquille, c’est permis de rêver  En dehors de nos villes, où on peut consommer À défaut... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Ma nouvelle auberge

  Ma nouvelle auberge. Sous le poids de l’enclume A la lueur des cierges Moi je me ferai plume Direction îles vierges. Tout mes espoirs s’allument Et la vision émerge  A travers cette écume  De ma nouvelle auberge. Là perdue dans la brume  Est celle qui m’héberge Mes anciennes coutumes  Sont restées sur la berge. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Pas de sauf conduit

  Pas de sauf-conduit. Ce n’est las qu’à l’automne qu’on en verra le fruit La fleur au potager donnera la citrouille C’est ainsi pas à pas que la vie se construit Laissant derrière elle quelques belles dépouilles. Si tu n’entretiens rien, alors tout se détruit  Ça commence toujours par des traces de rouille De cela tous très jeunes, on doit être instruits Que le temps abîme chaque chose qu’il mouille. Il semble si discret, il ne fait pas de bruit Ce qu’il touche est flétri, même s’il ne le souille Il s’en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Aux couleurs de lumière

  Aux couleurs de lumière  Elle naîtra à nouveau répondant aux prières  Si fraîche et innocente qu’heureux tous on l’accueillent La rose est venue bien entourée de feuilles Et offre cette fleur aux couleurs de lumière. Que voilà une plante qu’on pourrait croire fière  D’être en des endroits où chacun se recueille De fleurir les mariages comme les cimetières  D’accompagner l’amour comme elle le fait des deuils. Ses pétales innombrables et sa cime altière  Sont agréables au nez, et flattent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

La clef de sol.

  La clef de sol Quand tu verras un jour, sa fleur s’épanouir  Dis-toi que ce spectacle offert par sa corolle Est de ceux qui le plus peuvent bien te réjouir Pour aimer la beauté, il n’y a pas d’école. Quant à ces tentations que tu voudrais enfouir Que tu voudrais très loin pourquoi pas jusqu’au pôle  Dis-toi que tu pourrais les voir s’évanouir  Si toi même partais, est-ce hypothèse folle ? De tout ça cependant que peux-tu en déduire  Que tu n’as dans la vie à tenir que ce rôle ? Je sais bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

pour une heure de gloire

Pour une heure de gloire. Qui ne voudrait garder longtemps la belle allure Que donne aux vainqueurs quelques heures de gloire Qui ne serait tenté de mener l’aventure Pour peut être entrer un beau jour dans l’histoire ? C’est bien du genre humain une étrange nature Que de vouloir toujours remporter des victoires Qu’importe alors de recevoir de vilaines blessures De traîner pour longtemps de lourdes idées noires. Car à dire le vrai derrière la devanture Se cachent bien souvent tout au fond des tiroirs Des choses... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Fredaines

  Fredaines. Autrefois on était indulgent des fredaines Surtout si l’on était jeune et aventureux Mais ce ne sont las que des calembredaines Déjà à cette époque, fallait être sérieux. D’ailleurs même les jeunes prennent de la bedaine Si ce n’est tout de suite, c’est en devenant vieux Quand aux files souvent si elles ne sont mondaines Leurs bêtises elles cachent derrière leurs beaux yeux. Maintenant les sanctions peuvent être soudaines Des qu’on enfreint la loi, alors c’est du sérieux  N’écoutez surtout pas... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Le bonheur est cadeau

Le bonheur est cadeau. Si un jour le bonheur me murmure à l’oreille De lui faire confiance et de m’abandonner Tant d’autres m’ont promis des monts et des merveilles Et combien j’ai payé que d’avoir écouté ! Qu’ils étaient chamarrés et avaient belle allure Dans tous leurs mots coulaient miel et confitures Avec de grands sourires, tout ils vous promettaient Quand j’avais las cédé, point ne les revoyais. Le bonheur est cadeau et il n’exige rien Il vous ouvre ses bras et ce sont ses seuls liens Son aspect est très simple,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

La voie fatale, la voix fatale.

La voie fatale, la voix fatale. Je l’entends chaque jour qui souffle en tempête  Je la vois tous les jours se réjouir de ses fêtes  Je la sens un peu plus présente dans les têtes  J’ai l’effroi qu’un beau jour elle fasse ma conquête, Quand à bout d’arguments, c’est elle qu’on oppose Quand à court de raisons, c’est elle qui s’impose Quand il y a tant de gens qui plaideront sa cause Quand ça parait plus simple que des tonnes de prose, Partout et chaque jour elle gagne du terrain Nourrie et par nos peurs,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]