05 juin 2017

Pantelants

Pantelants Elles sont vraies furies que ces passions violettes Aux remous dévastés qui déchirent nos chairs Ils sont violents accès que ces cris de colère Aux accents de regrets qui trop souvent nous guettent. Combien sont tourmentés les êtres dans leurs âmes Traversés, éclatés par des courants contraires Qu'ils sont écartelés lorsqu'ils entrent en guerre Avec leurs remords, leurs envies et leurs drames. Elles sont sans pitié ces pensées qui les rongent Qui reviennent peser sur leurs rêves, leurs songes Ils voudraient oublier... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2017

Le lien

Le lien J'ai pour toi sentiment que l'on dit amoureux Tout entier ça me prend et j'en suis malheureux Quand pour toi je le sens ce n'est pas d'être deux Qui est si important que cela seul tu veux. L'amour est bien variable quand il est partagé Il n'est pas reparti en deux parts bien égale Et parfois il varie de façon inégale Un jour c'est l'un qui chante, quand l'autre est étranger. Moi je vis dans un temps où pour toi tout le temps J'éprouve cette envie de te serrer très fort J'appelle de mes vœux que tu m'aimes encore Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Prédateur

Prédateur Qui a semé la graine des violences sur terre De ce doux paradis qui a fait un enfer ? Qui sinon les hommes guidés par leurs désirs Leurs sentiments de haine et puis leurs jalousies ? Il n'y a de pitié au sein de la nature Parfois la cruauté y semble la plus pure C'est la nécessité qui y dicte sa loi Il n'y a de gratuité dans les actes qu'on voit. Lorsque le prédateur y est rassasié Il cesse de tuer s'il est à satiété Quand la bête est repue, elle ne va pas chasser Pour le simple plaisir de voir sa proie céder. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

C'est aujourd'hui dimanche

C'est aujourd'hui dimanche Bel oiseau du matin qui pépie sur ta branche Toi tu ne le sais pas mais pour moi c'est dimanche Toi tu tires ta joie de tes vols dans les airs Pour moi c'est le plaisir de n'avoir rien à faire. Innocent papillon posé là sur ma manche Tu ne t'en doutes pas qu'aujourd'hui est dimanche Toi tu butines au gré de tes fortes attirances Pour moi c'est le repos qui est ma délivrance. Quant au frêle roseau qui sous la brise flanche Tu t'en moques je sais que ce soit un dimanche Toi tu plies aux courants de ta... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Carrières

Carrières Compagnons, camarades, refusons les bravades Refusons les flonflons et aussi les parades Toutes ces illusions sachez qu'on nous ballade Pour faire diversion, éviter l'algarade. Compagnons, camarades ne perdons pas de vue Ce pourquoi nous avons un jour été élus Défendre des plus faibles surtout le point de vue Afin que le bonheur ils l'aient aussi vécu. Compagnons, camarades prenez garde au piège Que constitue toujours le fait d'avoir un siège Quand on y est assis bien souvent on gamberge Pour y rester d'abord, ça... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Ta vie

Ta vie Un jour tu nais à cette vie Par ce désir que d'autres ont eu Que d'entendre à leur tour ce cri Et par lui d'en être émus. Tu es dans ce monde jeté Un jour d'hiver ou bien d'été C'est au hasard de décider Quel est l'endroit là où tu nais. De ce qui te sera donné De tout ce que tu auras compris Dépendra lors ta destinée Tu en mesureras le prix. Soit tu accepteras ton lot Soit tu te battras pour un mot Ce mot s'appelle liberté Et tu dois la revendiquer. Ta voix elle peut être noyée Dans mille cris sans intérêt ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2017

Anciens et modernes

Anciens et modernes Je sais que pour écrire je fais souvent appel À des mots pas trop rares et plutôt usuels La poésie pour moi doit rester accessible Ne pas avoir recours à des mots impossibles. Pourvu que sa musique chante toujours au cœur Pourvu que sa rythmique soutienne son ardeur Pourvu qu'elle vous entraîne et vous incite au rêve Pourvu que ce qu'elle dit vous parle et vous élève. De tous temps dans les arts les anciens et modernes Se sont tous confrontés et se sont trouvés ternes Mais moi je suis bien sûr que sur un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Blessures

Blessures Je l'ai tant attendue cette aube qui se lève Cette nuit agitée de tous ces mauvais rêves Quand elle s'est pointée comme une délivrance J'ai pu à nouveau croire que j'avais une chance, D'échapper quelques heures à tous ces cauchemars Qui m'assaillent sans trêve quand tout autour est noir Ces scènes qui m'obsèdent que je ne peux chasser Ces souvenirs obscènes quand j'étais pourchassé. Que j'aimerai enfouir au fond de ma mémoire Pour qu'elle ne revive que cette triste histoire Parfois de son passé il ne faut pas avoir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Avec toi

Avec toi Lorsque je sens ce monde sous de tristes auspices Que je ne ressens plus à le voir de délices Alors je me replie sur ce que j’ai de mieux Les plis de ton sourire qui éclairent tes yeux. Jamais ne suis déçu à ainsi retrouver Ce que j'ai toujours su pouvoir y ressourcer L’amour que j’ai pour toi pour ta seule présence Pour ton tranquille amour, pour me faire confiance. Peu me chaud les échos, les navrantes nouvelles Qui ébranlent sans cesse mes attentes éternelles Car je trouve la paix dans tes bras grands ouverts Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Fascination

Fascination Les heures s’écoulaient à grandes louchées pleines Quand les grands oiseaux noirs eux survolaient les plaines Dans un temps suspendu par les choix du carême L’angoisse était palpable jusqu’au cœur des problèmes. Puis soudain mouvement alors tout s’accélère Les freins trop retenus sont lâchés dans les airs Les ombres qui s’abattent semblent très en colère Ne restent survivants que ceux qui sont sous terre. Serrés au fond des caves, où ils restent muets Les cœurs y sont battants pendant que l’on se tait On y attend le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]