03 mars 2019

Mon p’tit coin de cambrousse

Mon p’tit coin de cambrousse. Oh mon pays, mon p’tit coin de cambrousse Tu es plus que tout ça, que l’odeur de la mousse Que le chant des cigales, les effluves du thym Que ces roches si pâles et les forêts de pins Plus que mille broussailles, les griffes des ajoncs  Les asperges sauvages et les secrets vallons Le saut des écureuils, dans l’air le cri des pies Que l’ombre des platanes, que la peur des aspics. Tu es le seul gardien des souvenirs d’enfance Ce temps que je bénis où je gardais confiance Toi qui m’as... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Un cri qu’on lance.

Un cri qu’on lance Mon cœur s’épanche dans les champs Sur des chemins à pas géants  Un soleil noir sur lui se penche Qui le suit partout à la trace L’espoir existe quelque part Et peine à trouver sa place  Mon âme rêve de repartir Vers cette eau claire du goût de vivre Mon coeur garde le souvenir D’une eau si vive qu’on veut mourir Un soleil noir sur lui se penche Dont l’ombre caresse la manche La vie se brise en silence L’espoir n’est plus qu’un cri qu’on lance. Pierre-Jean BOUTET
Posté par Pierre Boutet à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Petite.

  Petite. Petite, berce moi de ton babil De tes mots charmants si malhabiles De tes jolis sourires lumineux Regarde moi toujours avec ces yeux Qui tout écarquillés m’interroge Sans me faire jamais aucun reproche Guettant quelque bonbon dans ma poche Où tu sais bien que pour toi j’en loge. Appelle moi pour jouer avec toi T’es un rayon de soleil sous mon toit Je ne me lasse de tes fantaisies T’es tout pour moi, tu es juste la vie. Quand je te vois petite là penchée  Sur un livre, à ânonner les mots Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Orbites.

  Orbites (Essai d’Ouroboros no 3) Notre terre dans le vide tourne c’est sans appel Et les années se comptent depuis ça à la pelle. Qui de nous s’en étonne quand moi je m’émerveille De le voir chaque jour se lever le soleil ? Lorsque l’aube renaît après la nuit de veille  Pour une autre journée à nulle autre pareille Lorsque la vie repart comme ragaillardie Qu’on se sent le matin encore plus hardi Les semaines se suivent de lundi en lundi On remercie la vie, du moins moi je le dis. On traverse des passes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Vide.

Vide. En avez-vous assez de ce que je raconte De mes tristes bilans, que je règle mes comptes Avec cette vie ou avec notre monde Je devrai mettre en pause au moins quelques secondes. Mais pour parler de quoi, si ce n’est de la vie Si ce n’est pas de moi, si ce n’est pas du monde Car tout ça fait partie de notre même ronde Pourquoi faudrait-il qu’à présent j’en dévie ? Quand je chante l’amour et le parfum des choses Quand je décris l’oiseau, la lumière du jour Je ne puis m’empêcher d’être aussi morose  Car je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Sans retenue.

Sans retenue. Juste le temps d’aimer, un temps d’éternité  En suspens pour toujours, un instant de beauté  Entouré de musique et de fleurs à foison De parfums très légers, de mets à profusion Un clin d’œil et c’est tout, juste un petit tour Vivre à fond le moment, et se griser d’amour Sur l’étoffe soyeuse de ta peau de velours En rêvant que nos râles s’élèvent pour toujours. Le voler à l’horloge et tromper ses aiguilles Le plaisir qui se loge discret comme une anguille Pour mieux faire l’éloge de tes yeux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

In tabernaculum recedo.

In tabernaculum recedo ( je me retire sous ma tente...César, guerre des gaules) J’ai très longtemps cherché à être éclairé  Des problèmes du monde pour mieux l’appréhender  En espérant trouver quelques unes des clefs Qui pourraient ses malheurs permettre d’amender. Quand je lis les articles de ces revues de sciences J’y vois s’accumuler tant de périls immenses Qu’à présent je le crois et que même je pense L’homme n’a plus de prise et n’en a pas conscience. Que de déséquilibres, de vies au bord du gouffre ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

l’imposdible défi

  L’impossible défi  ( essai d’Ourobouros) Que j’aime relever ce genre de défi  Dont je ne me soucie, puisque ne m’en méfie  J’en apprécie l’objet, un peu ça me change De ces textes éthérés qui tutoient les anges Pour vous complaire moi aussi je me range A ce bel exercice, à ce joli challenge C’est dit je me lance, à l’assaut de ces mots Qui dansent follement dans l’almanach Vermot De tout ils sont capables, d’exprimer tous les maux Tout en pianissimo ou en fortissimo Ils se combinent entre eux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Torpeur.

Torpeur. Un voile s’est posé tout autour de ma tête  Un voile très léger qui se joue de ma quête  Qui pèse sur ces mots dont je fais la conquête  Lorsque je les convoque dans leurs habits de fête. Une brume subtile colorée de fatigue Qui englue tous les mots et en gêne la gigue  Elle leur pose à tous de lourds souliers de plomb Entrave le poète qui manque alors d’aplomb. Une ouate à peine là où tous mes mots peinent Ce n’est pas la géhenne mais je sens son haleine Une fumée d’opium dont je sens... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Deuxième chance.

Deuxième chance. Le bleu du ciel un souvenir Quant à l’azur, une légende  Juste un rêve qui fait souffrir Ceux qui encore l’appréhende. Un océan plein de poissons De coraux, d’algues, un horizon Là où flottent tous ces poisons Déchets plastiques à profusion, Des forêts hautes et si denses Recouvrant à perte de vue Mille montagnes immenses  Là où sont mortes étendues, Des villes où des millions de vies S’entrecroisaient dans leurs envies Offrant travail et distractions Devenues ruines et pollutions, ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]