03 mars 2019

Sur un autre thèMe.

Sur un autre thèMe. On a déjà tout dit, tout écrit et joué Avec la lettre M de façon enjoué  En renvoyant bien sûr à ce verbe suprême  Celui qui vient broder bien de jolis poèmes. J’essaie donc d’explorer ce jour un nouveau thème  Celui qui va rimer avec chrysanthèmes  Certes il est moins joyeux, ce n’est bien sûr le même  Mais il est le pendant de cet autre je t’M. Celui qui fait les mines comme faces de carême  Qui fait les processions car il en faut quand même  Qui ne pose au curé... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

Aussi léger que l’air.

  Aussi léger que l’air. Vais-je la décliner à la Raymond Devos Cette lettre a grand R aussi bien je ne l’ose Elle prend ses grands airs si on ne la vénère  Et semble l’air de rien dire que j’exagère. On entend dans les airs que jouent ces jolis airs Ceux que l’on fredonnent parfois en prenant l’air Mais on craint je le crois tous les coups de tonnerre  Contre lesquels protègent bien les paratonnerres. On prend aussi l’air triste quand on est solitaire Ou un air engagé lorsqu’on est volontaire ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Plaidoyer pour le H.

  Plaidoyer pour le H Dans ce combat de lettres, moi je m’en vais trancher A l’aide de ce H qu’on a trop négligé  Car sachez si le H fait très souvent relâche  S’il est parfois muet, ne le croyez pas lâche. Pensez à ce qu’il cache, ce fameux coup de hache  Que dans leur bouche mâchent avant qu’ils ne se fâchent  Tous ceux qui sont trop lâches pour dire en pleine face Ce qu’en eux ils rabâchent, et qu’il faut qu’ils arrachent. Faites donc de la place à cette belle lettre Qui n’ose se montrer... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Première ligne.

Première ligne. On entend de très loin le cri des sauvagines Que guettent les chasseurs, que mieux ils assassinent Par delà les marais , au dessus des collines Les oiseaux migrateurs suivent la ligne fine. Sans jamais dévier de leurs courses lointaines  Méprisant les obstacles, faisant fi de leurs peines Ils ont en dedans d’eux tout au fond de leurs gènes  Ce besoin de partir, partir quoiqu’il advienne. La nature a inscrit de tels besoins vitaux Dans d’innombrables espèces qui suivent ses tempos Veillant aux... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Attention, second degré.

Attention, Second degré ! Putains de gilets jaunes comme vous emmerdez Tous ces bourgeois confits dans tous leurs préjugés  Laissez-les donc tranquilles ils veulent profiter Des années qui leur restent loin de vos vérités. Enfoirés de vous autres gilets jaunes obstinés  À faire reconnaître qu’ils se sont bien plantés  Ils vous aiment dociles et surtout affairés  À régler leurs problèmes sans trop rien exiger. Allez-vous faire voir chez les grecs gilets jaunes Ils ont bien essayé mais chez eux ça... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

A tire d’L.

  À tire d’L S’il est bien une lettre dont je suis amoureux C’est je le dis fort d’L, car oui je suis fou d’elle Elle vole voyez vous toujours à tire d’ailes Et comme un cerf volant s’élève vers les cieux. Si vous n’avez le L comment dire à la belle Que pour vous dans ce monde vraiment il n’y a qu’elle Que de plus elle est celle, qui vous remet en selle Car le L est en il, autant qu’il est en elle. L est ma raison d’espérer que au ciel J’irai bien sur ses ailes sans rien d’artificiel Je n’y verrais hélas bien... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2019

N’avoir aucune prise.

  N’avoir aucune prise. Si j’accepte sans mal, toute idée de ma mort Je ne sais comment être pour ce qui est des autres Je ne sais quoi leur dire, à part que je les aime J’ai du mal je l’avoue avec les chrysanthèmes. N’avoir aucune prise, seulement assister  Savoir ce qu’ils subissent sans pouvoir partager Car la mort est pudique et n’aime à se montrer Laissant très lâchement jusqu’au bout espérer. N’avoir que des photos de ceux qui sont partis Des souvenirs aussi que le temps a jauni Tous ceux qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Les masques sont tombés.

Les masques sont tombés. Les violons se sont tus au bal des hypocrites Les lumières éteintes sur leurs promesses écrites  Les masques sont tombés dévoilant les figures Plus fausses que jamais et plus vraies que nature. Adieu les beaux discours tenus au nom des gens Bonjour les grands sourires aux puissances d’argent Les mots qui sont tenus n’ont hélas plus de sens Lorsque ceux qui les tiennent roulent à contresens. Dehors les cris s’entendent des foules impatientes Et au cœur des palais tous les suppôts en... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Sons et musiques.

  Sons et musiques. Les cloches sonnaient fort ce jour là au village Je vis les gens courir de la peur au visage Ce fut le premier feu que je connus gamin L’incendie c’est heureux ne sema de chagrin Juste un imprudent qui fit dans son jardin Une bonne grillade qui mit le feu aux pins Les pompiers assez vite ont pu y mettre fin Je n’entendis plus des années ce tocsin. L’orchestre jouait fort ce jour là au village Sur la Place des Fêtes je voyais les visages Bien rougis par le feu et le jeu de la danse Au milieu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2019

Très bête

Très bête. Voila un grand classique qui est de classer En deux catégories toute l’humanité  Tout le monde connaît les bons et les mauvais Les pauvres et les riches tout le monde le sait. Quant à moi je propose un ordre tout nouveau C’est de classer les hommes tout comme on fait de veaux D’un côté y a les cons, de l’autre les très cons Je sais ça peut surprendre mais j’y ai mes raisons. Les cons ce sont tous ceux qui font comme leurs pères  Qui vivent et qui jouissent tout en pillant la terre Qui ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]